PM et sports de glisse à l’île

Élie m’accompagne pour mettre en route le bateau tandis que Pascal prépare du matos de glisse et que Liza fait les fonds de frigo pour trouver 4 bières. On quitte le mouillage sous voiles. On est à PM -2. Vent de NE qui va tourner NW en forcissant un peu. Avec le montant, cap sur le Grand banc. Le jus, coef 70 nous amène parfaitement à l’entrée de l’esteu d’Afrique juste au moment où le vent a basculé, nous permettant de pénétrer dans l’escoure du sud de l’île, puis remonter après 2 virements de bord, jusqu’à la pointe NW de l’île. Devant la « cabane de lous vacanceyres ».

Continue reading

Deuxième retour au corps mort

Hier à la marée basse d’après midi, je suis venu au Ferret en voiture installer mon nouveau corps mort. Comme j’avais le choix et la place, laissée vacante par tous les corps morts disparus cet hiver, j’ai choisi exactement le même emplacement que l’an dernier et les 20 années précédentes : dans l’axe de la rue des cormorans qui arrive en impasse sur la plage. Seul le n° change : fini 3C07, salut 3A08 !

Continue reading

Lundi de Pâques : Claouey – Andernos et le tour pour rentrer

C’est une petite marée, à la PM mais de petit coefficient, qui se dessine.

On embarque à la fin du montant, vers midi. Jean-Yves, Laurent, Liza, le pique-nique.

Pas violent le vent de NE encore glacé pour la saison « ne te découvre pas d’un fil, rappelle toi que les saints de glace ne sont pas passés ».

Jouët 680 au vent arrière vers Andernos

Jouët 680 au vent arrière vers Andernos

Continue reading

Chronique dictée du Claouey – tour de l’île et retour

Attention, nouveau stayle : la chronique a été dictée sur le vif (et beaucoup corrigée, mais pas re-écrite).

Hier soir on avait laissé le bateau au milieu du chenal pour être prêt à partir presque à la marée basse du matin de dimanche.

Donc voilà comment ça s’est passé : on a embarqué à 10h30 après avoir bien pataugé dans la vase — les joies de l’estey de Madone. En partant on a laissé en plan l’annexe avec la petite ancre. Bizarrement, le moteur ne marche encore pas ce matin. Pourtant on n’a rien fait… Bon, mais il faut partir fissa maintenant. Pascal pousse le bateau avec un grand aviron depuis le balcon avant, tandis que de temps en temps je lance  un coup de moteur pour pousser deux ou trois tours d’hélice avant que le moteur ne cale. C’est chaud : il y a presque plus d’eau. En tout cas on arrive à sortir comme ça de l’estey et on peut enfin envoyer les voiles une fois dans le chenal de Lège.
On doit faire encore attention à la hauteur d’eau mais le bateau commence à naviguer bon plein à travers bâbord amure ; c’est un vent d’est. Continue reading

Petit triangle dans la pointe du Bassin à la pleine mer

On est samedi, 27 mars 2021. Exactement 1 mois que le bateau est à l’eau. Il est 17h48 quand je débarque après avoir mouillé le bateau à l’ancre dans le chenal d’accès au club nautique de Claouey. Je le laisse là pour le retrouver demain en fin de matinée : ça sera marée basse et j’ai envie d’aller profiter un peu du descendant et de passer une marée entière sur le bassin. Mais aujourd’hui, donc, ça consistait à récupérer le bateau peu avant la marée haute. J’embarque qui veut : Liza et Cécile. Cécile accompagne Marcello. Marcello qui fera sûrement des pâtes ce soir après avoir apporté à Pascal la magnifique machine à coudre Singer spécial cuir. Sur l’eau — c’est confus cette histoire — un bord vers Ares, un peu vers les cabanes du port ostréicole, ensuite un petit peu longer la côte d’Arès vers le sud. Puis piquer vers Claouey, au près. On croise l’école de voile, la lumière du soir dans les voiles et dans les yeux. Pascal vient nous narguer en planche. Le retour devant Sylvosa et la boucle est bouclée.

Continue reading

« Le Tigre » en mauvaise posture

Je l’avais dans le recensement, avec un nom de propriétaire et c’est tout. Je ne sais plus d’où… Je le retrouve une première fois en octobre 2020 sur Facebook, le post de Cyril, qui le signale échoué dans les roseaux à Gujan, derrière le bassin de récupération des boues, entre le port de la Barbotière et le port de la Môle.

680 Le Tigre juste échoué au Lycée de la Mer octobre 2020

680 Le Tigre juste échoué au Lycée de la Mer octobre 2020

Continue reading

Errance et incertitudes

On est dimanche. Deuxième semaine que l’Iboga est rentré au Ferret de son hivernage gujannais. Et toujours pas d’autorisation de mouillage, ni de corps-mort (voir 3-C07 a disparu !). Je suis venu le WE dernier vérifier et renforcer le mouillage. Le bateau a été déplacé ! Malgré mes échanges courtois et solidaires avec le CNF, devant lequel je l’avais ancré. Il faut croire que l’Iboga gène. Parqueur ou pêcheur, ou plus sûrement riverain inquiet de voir un bateau de plus dans la Lugue exiguë… En attendant, je l’ai retrouvé plus en amont, après qu’il ait frotté contre les pignots de la buse d’eaux de pluie. Grâce à l’ancre FOB de 12kg prêtée par Florian « Poussinho » du Beleza, et à la lourde chaîne empruntée à la famille de Claouey, je confectionne un mouillage lourd que j’établis dans l’axe du courant, le bateau au centre des deux ancres, ainsi, le rayon d’évitage restera minimum.

Iboga errant dans la lugue du Mimbeau

Iboga errant dans la lugue du Mimbeau

Las ! Voici mon contrôle de samedi (hier donc), et la grosse ancre a été déplacée du même côté que la petite. Le bateau gène encore :( De toutes façons, je ne peux pas le laisser comme ça : les aussières s’emmèlent, le mouillage n’est pas sûr. Je décide de le remonter à Claouey.
Il est 15:30, 3h avant la PM de l’après midi. Laura nous a déposés, Pascal et moi, au Ferret. Nous embarquons. L’annexe attelée au bateau. GV établie avec un ris, parce qu’on s’attend à du NE force 5 variable. Génois prèt à envoyer. Face au vent, moteur. Bah, le moteur, sorti de révision, qui pisse de l’huile (trop plein ?) et de l’essence (pointeau coincé ?), et cale au bout de 30 secondes… heureusement il redémarre chaque fois, et en 5 ou 6 coups, nous voilà sortis de la Lugue et prêts à nous déhaler sous voiles seules.
Pascal à la barre, moi plus ou moins aux réglages. Avec l’aide d’un fort coeficent de marée, un seul bord nous amène à ras des parcs NW de l’île, puis devant la pointe aux chevaux, les Jacquets, le Four, la dune perdue, ça touche, et l’estey de Madone par son petit bout.
À 18:00 pile (pas d’attestation en mains), sur l’erre, voiles affalées, nous mouillons l’ancre devant le kiosque de la villa familiale.
Arrivée de l'Iboga dimanche 14 mars - photo Liza

Arrivée de l’Iboga dimanche 14 mars – photo Liza

Le bateau restera là jusqu’à ce que j’ai trouvé une solution pérenne à mon souci d’autorisation. J’ai encore une démarche désespérée à tenter. Si celle-là échoue, et bien… La saison est très incertaine.

3-C07 a disparu !

En arrivant à pleine mer hier samedi 27 février vers 18:00, sale surprise : il n’y a plus de bouée 3-C07 !

Un tour, 2 tours et il faut se rendre à l’évidence.
Alors comme l’heure tourne, que le vent d’est 17-20 nds sur un fort coef lève une jolie houle, on se réfugie dans la Lugue devant le CNF. Où le bateau attendra le temps qu’on en aie le cœur net et une solution pérenne.

Suspense…
Continue reading