Déconfinement

Après 8 semaines de confinement pour flater la curve de la COVID-191, la navigation va enfin être autorisée à partir du 11 mai, enfin pas l’accès aux plages, donc impossible pour les (rares) bateaux déjà au corps mort d’y accéder, puis tout est interdit par le décret du 11 mai, pour finalement être permis par Madame la Préfète d’Aquitaine sur demande des maires du littoral qui promettent que les gens vont bien se tenir à bonne distance de gestes barrières sous masque, d’ailleurs tout est rappelé sur des panneaux qui sortent de terre dans la semaine. Le 16 mai c’était permis mais je n’avais pas envie de me mêler à la mêlée pour accéder au Ferret, alors on y est allé, après la nuit à Claouey, le 17. Vers 11:30. La marée montait depuis un peu plus de 3h.

Continue reading


  1. Oui on dit LA COVID. Explications de l’Académie Française

Saison 24: loaded!

La première date possible de mise à l’eau était le 7 mars.

Route de Bordeaux au Ferret. Presque personne sur la route mais j’arrive juste juste, en courant en fait, pour embarquer sur la pinasse de 14:30 (enfin… la navette : ça fait belle lurette que « la pinasse » ne ressemble plus à rien). Entre temps, à Arcachon, mon « taxi » se fait un tour de rein et je fais appel à un backup pour m’accompagner de la jetée Thiers à la Barbotière. Merci de ta disponibilité et du tour dans La Fameuse Volvo V40, Jacques ! Et me voilà 1/2h avant le RV au chantier où le bateau attend, déjà préparé, depuis 3 semaines. Il a déjà été dé-calé et chargé sur la remorque de mise à l’eau. Reste à gratter et peindre à la place des patins des bers, installer le moteur juste révisé, monter le gouvernail et gréer le génois.

Continue reading

Cogito et Iboga font route de conserve

Tout était organisé pour convoyer l’Iboga du Ferret vers la Barbotière ce beau samedi 2 novembre : transfert depuis Arcachon en navette UBA, puis traversée avec un vent parfait 20nds S-O, mise au sec à Gujan et enfin récupération de la caisse à Thiers. Las! Une tempête annoncée pour la nuit, une certaine Amélie, vient perturber le programme puisque l’UBA a jeté le gant : pas de navettes ce matin !
Pas glop, comme disait Pifou :(
Le contretemps et la contrariété, sont une chose, mais surtout c’est la perspective d’avoir l’Iboga qui affronte la tempête Amélie au mouillage. Même si son emplacement le met à l’abris du pros gros, j’appréhende une avanie hivernale… Continue reading