Arguin, le désarroi d’un plaisancier du Teich

Jean-Claude Faucher, retraité, réside au Teich. Plaisancier passionné et fidèle à son Jouët 680 — Le Gaillard — il s’est engagé plusieurs années à promouvoir « le bateau idéal du Bassin » en tant que Président des propriétaires de Jouët 680. Engagement au service du Collectif qui n’a rien d’une sinécure et qui, s’il lui a permis de côtoyer les Instances du nautisme local, lui a permis de toucher ce que la présidence d’une association peut avoir d’ingrat. J’évoque ceci avec le sourire pour avoir été moi même à certaines reprises motif de contrariété pour Jean-Claude quand j’estimais que notre association de plaisanciers n’avait pas à se compromettre avec tel ou tel collectif environnemental dévoyé ou collectif protestataire intéressé :) Je n’ai pas changé d’avis.

Continue reading

Une Pentecôte agitée et penchée

C’est samedi soir et j’ai pris ma journée pour me reposer d’une semaine très intense au travail. En arrivant au Ferret, je rêve d’une pizza, mais au lieu d’aller chercher ma pizza chez Joël, je croise un propriétaire de Gibsea 68 avec qui je ne résiste pas au plaisir d’une bière et d’anecdotes de carénage et bricolage… Résultat à 22:34 : Joël a éteint son four. Argh! Heureusement ma glacière est plein de bonnes choses du marché (mais ma pizza, heuhhh…)

Continue reading

Claouey – Ferret dans un bon vent et l’escalumade

Ce WE « à la mer » n’a commencé que samedi vers 13:30 après 3h de route, dont 1h30 au pas entre Andernos et Claouey. C’est que je n’étais pas le seul à vouloir profiter des 30° à l’ombre annoncés. Mais voilà, je ne pouvais pas partir plus tôt… J’avais RV à 15:00 à Claouey, pour la première sortie de l’équipage de Bleu-de-Mer, la pinasse sur laquelle je partage la joie et l’énergie de naviguer en groupe avec l’idée de réitérer la conquête du championnat du monde des pinasses à voile du Bassin d’Arcachon. Après l’épreuve de la patience sur la route, et une escale alimentaire à Claouey, je descends jusqu’au Ferret embarquer sur l’Iboga qui flotte déjà. C’est parfait. GV haute, Yamaha et le courant portant me permettront de faire la route Nord bout au vent de toutes façons trop léger. À la Pointe aux Chevaux, je coupe vers les Jacquets, puis le Four et cap sur Claouey. Sauf quand ça touche une fois, 2 fois, et la 3e fois la vague du bateau ne lui permet pas de passer la cahouène. Me voilà échoué sur la Dune Perdue (cartographiée comme « Anse du Sangla »). Mais comme vous aurez suivi, la marée monte et le temps de prendre mon casse croûte, enfin ! Le bateau peut reprendre la route pour rallier les copains.

Continue reading

Nuit à bord suivie d’un tour de l’île dominical

La veille, c’était Atelier « noeuds et cordes » à la cabane des #jouet680, Port du Canal, animé par Edward Amade, maître noueur de la Guilde Internationale des noueurs de nœuds (IGTK). C’est là que j’ai appris à faire le nœud de chaise. Bon, enfin, appris… surtout à le faire dans tous les sens et même avec une efficacité de 95%, en le commençant par un nœud en 8. Un nœud à découvrir. Aussi, j’ai enfin appris à épisser le Dyneema, cette fibre 100% synthétique aussi solide que l’acier. En fait c’est super facile, à condition d’avoir les bons outils : aiguilles creuses, tire-fil, épissoir, adhésif, fil à surlier, un bon couteau et un mini-chalumeau pour les finitions.

Continue reading