Claouey – Bancot et les copains – Ferret

Au beau milieu d’un beau WE qui a vu la joie de participer à la despedida de mon cousin Pascal entouré de ses fidèles équipiers, de ses camarades d’escalade et de la famille — et donc de larges tranches de soirées sans fin — et la dernière régate de pinasses à voile de la saison — le tour de l’île — au cours duquel un importun banc de sable a mis un terme brutal à nos ambitions, voilà la marée du dimanche.

Continue reading

Un WE #nndd Claouey – Claouey – Ferret

WE #nndd 3-4/09/2011Faut pas laisser croire que la voile, c’est toujours le speed de la marée qui baisse et menace la journée d’un échouage intempestif1. Par exemple, ce samedi, c’est PM à 10 heures environs. Vous vous souvenez que j’ai laissé le bateau assez haut perché sur la plage devant Sylvosa à Claouey, après les Festivoiles. Dans la semaine, il y a eu les grandes marées mais heureusement pas de mauvais temps. Donc la bateau est bien à sa place, flottant dans plus d’1m d’eau. J’ai donc le temps de faire un AR en voiture au Ferret pour y conduire la Volvo, navette auto assurée par François. Le bateau flotte encore à mon retour, c’est pas cool ?

Continue reading


  1. comme par ex. cette fois ci, celle là, celle là aussi… 

Ferret – Afrique – Bancot – victoire en pinasse – Ferret

En fait, ce WE, je n’ai pas fait beaucoup de voile sur l’Iboga : jugez plutôt.

Vendredi, j’avais calé une opportune session de formation pour l’un de mes clients, au Ferret. parti tôt de Bordeaux pour éviter les encombrements du tour de France (digression #1 : va falloir qu’ils m’expliquent cette notion de tour de France qui est samedi à Pauillac et dimanche midi aux Champs-Élysées ; WTF?), très bref pique nique dans le cockpit avant d’enfiler des chaussures ; la formation très bien, et en fin de journée, je suis dispo pour un familly meeting (hors chronique).

Continue reading

L’autoroute à contre sens, et contre courant

Samedi, au lieu de tranquillement aller au bateau, je m’arrête à l’herbe pour un démâtage express. Puis filer dare-dare à 12:30 pour ne pas rater la marée descendante depuis déjà plus de 2 heures.

Embarquer sur l’Iboga les vivres et aussi le kite, vu les prévisions de vent. Prendre la route d’Arguin au portant. Arriver juste à temps pour embouquer la « passe » à travers parcs, en poussant un peu de sable à l’entrée, mais j’arrive à amener l’Iboga au fond de la conche, celle qui est mitoyenne, au sud, de « la bassine ». Vu le niveau de l’eau, il n’y aura pas davantage de bateaux avant quelques heures. Ce samedi, c’est moitié voile, moitié moteurs. Mieux que la semaine passée. Les voiliers, faut voir les unités ! l’Iboga est de loin le plus petit.

Dans la conche à Arguin

Mouille-col rejoint l'Iboga au mouillage à ArguinGrosse marche à pied à la basse mer, le long des bancs côté passe. Découverte de structures sableuses étonnantes. L’idée d’être sur le banc en mouvement, le sable qui va finir sa course aux Sablonneys ou au petit Nice. Baignade. Fin du tour côté parcs. Très différent : là, des fonds herbeux, graviers, argile… Continue reading

Transgression du Courbey

Un dimanche pas comme les autres, mais sans incidence sur les conditions atmosphériques qui de toutes façons n’étaient pas prévues pour être exemptes de pluies ni d’orages. Quelques brumes à évacuer, résultat du dîner de la veille aux cabanes de Bordes, avec les amis du bac à voile « Président Pierre Mallet ».

Marée descendante. Embarquement à 11:00. Pas un souffle. Aller où ? Pas très loin pour pouvoir gérer l’horaire du retour. Vers l’île et puis voir. Un trait de moteur face au courant, jusqu’au droit de la plage des Américains.

N’hésitez pas à zoomer pour voir les détails, et à cliquer sur les puces, il y a un bonus ! Continue reading

Iboga sous spi, cap sur Bélisaire

Iboga sous spi, cap sur Bélisaire
Iboga sous spi, cap sur Bélisaire mise en ligne par fxbodin.com

Sortie modeste mais géniale, embellie par la présence d’Alice qui m’a fait le plaisir d’accepter mon invitation pour cette brève après midi sur l’eau.

Climat de juillet en ce 2 mai ensoleillé. Estival, mais pas au point d’aller chercher le bateau à la nage. Annexe en service. La marée monte. Le vent diminue, partant de pas très fort à la base.

Aussi, une traversée molasse du chenal, plus ou moins au près, en direction du Bancot finit de nous convaincre de lancer le moteur, histoire d’évoluer un peu. Le planning ne nous permet pas d’envisager d’aller à Afrique, destination initiale. Continue reading