Paré à Virer !? Duck, duck-boom!

Tiré de l’excellent http://www.teamdistraction.com/ « containing memorable photos useful information about Don and Valorie’s Olson 911s from San Diego, CA, for racing crewmembers and daysailing & cruising guests »

Manou, MJ, Tom, « Pip » et « Finn ». Les 4 derniers, Californiens, viennent découvrir la « dune du Pyla » et « Saint-Émilion ». Ils sont installés à Piraillan et c’est là que je monte les chercher avec le bateau ce dimanche vers midi et demie. Ce qui leur a laissé le temps d’un avitaillement au marché après la grasse mat de jetlag et de vacances.
Continue reading

Arcachon, Afrique, Toulinguet

Départ à 11:00 du Mimbeau après une nuit tranquille et les croissants.
Vent d’est 4 bft, parfait. On est parti pour une journée d’été encore.

En revenant des croissants… (clic pour voir d’autres photos de la journée)

Lauren et Léo, nous leur avons donné RV à Eyrac, puis déplacé à la Chapelle faute de vent.
Toujours pas de vent. Moteur. Afrique au début de l’estey. C’est la PM.
Baignade, passage du Cloud Strider, casse croûte. Sieste.
Sieste.
Vers 17:00, les bateaux commencent à quitter la zone, la marée baisse
Iboga vent arrière vers les passes. Au travers d’un champ de caouènes : main sur la drisse de dérive qui fonctionne plusieurs fois.
Toulinguet again. Atterrissage sous voile foireux, foireux 2. Affalage et moteur : voilà. Ancre à terre.
Il est plus que temps de redescendre en température !
Puis exploration pour les uns, sieste sur la plage pour un autre et convalescence en fond de cabine pour la 4e (insolation ? 1 piña colada de trop hier soir aux 44 ?)
Le boucan des jetskis !!! Je n’en peux plus.
Mais avec le montant, le ressac. Et le vent a tourné Est-NE 4 bft. Départ sous voile (foireux, pas de chance aujourd’hui; les habitudes reviennent comme des retours de manivelles : douloureusement). Retour sur un bord de près unique avec le jus. Entrée dans l’escoure du phare sous génois seul qui tracte le bateau jusqu’à (presque) le corps mort.

Continue reading

Toulinguet entre calme plat et saute moutons

La marée remonte dans l'estey, il est bientôt temps d'apareillerJeudi 6 : l’après midi de notre retour d’Arguin, 13:00 à 20:00, le retour du vent même plutôt fort, le vent !

Après avoir « exploré » la côte nord du Toulinguet, arrivée au moteur à l’échouage comme la dernière fois, dans l’estey qui termine de vider le banc, tandis que les autres sont soit au mouillage en pleine eau, soit beachés, mais de toutes façons secoués par le ressac et les vagues créées par le trafic dans la passe. Petite balade pour Hélène et Jacques qui ne sont pas encore venus sur ce banc, désherbage manuel de la ligne de flottaison et spatulage des quelques plaques de cracoys pour moi. Continue reading

Première et belle sortie pour inaugurer la saison 20

La PM de 07:00 coef 87, prévision vent sud 3nds. Pas question de rater la marée : au bateau à 07:20.

Il fait à peine jour. Très humide. Plafond bas laiteux.

Embarquement du dernier coussin de banquette et des vivres pour la marée. Et du feu pour le réchaud ! J’ai failli partir sans feu… Le bateau est toujours aussi nickel depuis hier. Plaisir de le retrouver. Mais il n’est pas encore voilé.

Moteur direction sud. Piclaouey, le Four, les Jacquets (sa plage avec les cabanes sur le sable, et sa jonquière chers à Manou), la conche de Petit Piquey, bifurcation vers le chenal. Les bouées de corps mort attendent leurs bateaux. Couper le moteur, laisser le bateau dans le courant. Prendre le petit déj. à bord dans le silence.

Puis établir la GV Continue reading

Navette Moulleau & Toulinguet

GVCe mardi de fin août, Thibault va chercher sa chérie au Moulleau. En outre à bord, Jacques et Manou
Il est quelque chose comme 14:00. La basse mer moins 1h, coef 98. Le bateau nous attend au chenal.
Mise au point téléphonique des conditions de récupération de la Belle. Une solution émerge.
Traverser à travers les cahouènes jusqu’à la plage du Moulleau, au portant, tout en sacrifiant un poulet rôti, un melon et de très belles tomates.
Descendre au Toulinguet à travers les cahouènes, la main sur le palan de dérive, alors que la renverse nous ralentit inexorablement et que le portant un peu mou n’appuie pas bien le bateau dans la houle.
Mouiller au Toulinguet pour baignade dans une eau qui n’a rien à envier à celle de l’équateur, et quelques civilités ; ne pas rester, rapport à la houle qui rentre avec le montant.
Faire route au nord, près serré dans un petit force 4 rafales à 5 et une houle conséquente mais amusante à cette allure.
Déposer l’équipage à la plage avant de ramener le bateau à sa chaîne sous la traction aquatique de jacques ;-)
Se rappeler de caréner la ligne de flottaison pour la régate de samedi.

Le bonus du 2 octobre 2011

Un matin d'octobre 2011

Samedi, arrivé bien tard au bateau, puisque la grande partie de la journée s’est passée à terre et à table (fini sur cet Armagnac de 1947 à te tirer des larmes) avant de contourner la petite mer de Buch. Et passé embrasser la grande Alice, mon bébé de 17 ans <3

Bien tard mais bien tôt puisque le bateau ne flotte pas encore. Il s’en faut d’une bonne demi heure. Délais mis à profit pour valider et twitter la situation du Lanaverre 510 Nadaü, saluer Jean-Claude, du 680 Hélios de Cassy, qui attend Jean-Claude, du 680 Le Gaillard, de Gujan, venus faire escale au Mimbeau, et regarder l’eau arriver. De toutes façons, il n’y a pas de vent.

Il était question de rallier quelques camarades #nndd vers Claouey ou Afrique. Et puis une invitation pour la soirée aux 44 m’a détourné de ce projet. Alors le bateau a flotté et j’ai pu descendre aux 44 en longeant le Mimbeau par l’extérieur, au moteur et contre le courant. Un corps mort inoccupé pour la baignade. Il fait si chaud. Installer le bateau contre la plage dans l’idée de pouvoir le récupérer le lendemain à la PM de 9 heure. Le ressac chahute pas mal le bateau, mais sans mal… Et parcourir à pieds les 200m jusqu’à la villa de la soirée.

Continue reading