Tout le mode dort encore au petit jour ce dimanche, dans la case de Claouey…

Tout le mode dort encore au petit jour ce dimanche, dans la case de Claouey. Le RV est assez tôt — j’ai dit 08:00 à Petit Piquey à Alice — pour être sûr d’attraper le bateau au descendant. Et Camil, que je n’espérai plus (qu’est-ce qu’on a donc mangé hier midi pour passer toute la soirée à se tordre le bide ?) pointe son nez, bien remis et toujours volontaire.
Au Ferret. Bien assez d’eau pour partir tranquille. Mes calculs de hauteur d’eau sont bons cette année. À moins que la plage ne se soit décaissée depuis 1 an et que j’aie davantage de profondeur au corps mort ?
Par contre, le vent…
Alors plutôt que se précipiter, on prend un mouillage dans le chenal juste à la sortie, le temps d’un bon petit déjeuner au fond de la cabine.
Mais bon, on ne pas passer la marée au mouillage : toutes voiles hautes, on aligne le bateau travers au chenal, direction le Moulleau. Tenter d’établir les voiles tant bien que mal au portant et le bateau traverse tranquillement en se laissant dépaler par le courant.
Discussion scientifique sur je ne sais plus quoi. Continue reading

Chenal mic-mac

Ce jour là je suis bien heureux d’embarquer ma fille ainée Julie, la pauvre, elle habite maintenant au Luxembourg, c’est pourquoi c’est une chance de profiter d’une belle marée avec elle.

Il est assez tôt, pour profiter de la marée jusqu’à 15:00. Ce qui est bien encore, c’est qu’on profite presque seuls du bassin.

La plage du phare un matin d'avril

La plage du phare un matin d’avril – photo : Julie Bodin

Continue reading

40h à bord, la Leyre, Gahignon, Afrique et… #NNDD !

Au mouillage à Afrique

Au mouillage à Afrique

22:00 vendredi soir, à la nuit, décharger le T4 et tout porter au bateau échoué : couchages, paniers de victuailles, vêtements de mer, trousse à outils, kitesurf… Retourner à terre se faire une pizza chez Joël. Retourner au bateau, s’installer pour la nuit. Attendre que la marée finisse son œuvre archimèdienne pour mener le bateau dans la nuit noire jusqu’à une bouée dans le chenal et ainsi être parés pour décarrer à la première heure. Passer la nuit là, assez confortablement sauf vers la fin, vers les 5 ou 6h du mat, quand les premiers pécheurs rejoignent leurs site, produisant les premières vagues artificielles de la journée… Mais dans l’ensemble une bonne nuit et au matin, le WE peut commencer. Petit déj dans le cockpit. Ah, oui, nous : Manou, son cadet Henri et zebigbos du bord.

Continue reading

Jouët 680 + Dufour T7 = une marée familiale

Le samedi à terre. Sur l’Iboga : Manou & fx. Le RV en fin d’après-midi sur l’eau vers les Arbousiers avec manue, Roland, Camille et Léonie embarqués sur leur nouveau Dufour T7. Quelques hésitations avant de nous retrouver sur le plan d’eau, puis descente de conserve vers Arguin pour la nuit. Vent arrière, descendant.
L’arrivée devant le banc à la nuit tombante, juste à temps pour trouver la passe et assez d’eau pour rejoindre le mouillage.
En route pour une nuitée à Arguin à bord de l'Iboga. #voile #capferret #pyla

Continue reading

Casse croûte au mouillage à l’Herbe

Corps mort avec vue du Chapelle de l'Herbe
Vendredi, la veille de la 680 Connexion. Jacques, Manou et fx. Plutôt 2h que midi. Pétole. RV à la cale de la Villa Algérienne. Moteur le long de la côte, à contre courant, vers le nord. Prise de corps mort devant la cale. À terre, Christophe met sa « pibale », annexe motorisée, à l’eau et nous rejoint avec son fils FX et Henri. Ces deux derniers, 22 ans cumulés. Un jouet idéal cette pibale avec son 2CV ; bien utile aussi pour aller à terre acheter un plateau d’huîtres. La pluie menace : montage du taud. Grooos casse croûte bien arrosé à bord. Entre 2 plats, les kids sillonnent la zone de mouillage entre l’Herbe et le Canon. Et puis avec la renverse, comme d’habitude, le beau temps revient. L’occasion de quitter le mouillage à la voile. Les kids à bord tandisque la pibale remonte jusqu’à Claouey. Cap au sud, encore face au courant. Envoi du gréement de spi. Et retour sur l’escoure du phare où le manque d’eau est l’occasion de gratter la ligne de flottaison, avec le concours précieux d’Henri et FX, en prévision de la régate du lendemain. Puis attendre que le flot permette de rejoindre le bateau.

Le parking, à Arguin, mais la belle vie quand même

L’Iboga n’a pas navigué samedi, son patron ayant été retenu à terre par d’autres activités relatives à la défense du patrimoine ancestral du pays de Buch. Et accessoirement au redémarrage de la Méhari (vous vous souvenez ? la suite de ça) et à des compléments d’accastillage à la coopé. Ouf. Ah, si, un aller-retour du corps-mort au CNF, pour ceux qui connaissent, quoi ? 200m linéaires ? C’est que le CNF était le siège d’une belle rencontre des amis de Michel Lescaret disparu cet hiver. Michel avait été l’initiateur du renouveau des canots mixtes ou côtres maquereautiers qui se multiplient sur le bassin pour le bonheur de notre goût de l’esthétique. Et c’est pas dommage.

Continue reading