Dernière sortie sous avis de grand frais

La route de l’huître, régate arcachonnaise annulée pour de bon. Menace d’avis de grand frais sur le Bassin pour l’après-midi de dimanche.

Déception. Motivation : alors, les équipiers, qu’est-ce qu’on fait ?

Mon message :

Entre les max. 23 nds de windguru et la « menace d’avis de grand frais » (max. 33 nds) de météofrance, je trouve que le CVA abuse de précautions.

Ca vous dit d’aller quand même taquiner les pignots demain. Même heure, même programme (ou presque). Parcours envisagé : Ferret – Arc. (dépôt de la plaque du trophée au CVA s’il y a quelqu’un) – Claouey en vue de la mise au sec du bateau.

Vidéo ci-après


Dernière sortie d'Iboga sous avis de grand frais
envoyé par AlfredBranck.

Au final, une belle sortie avec les amis Pierre (dit @hiousi sur Twitter) et Franck (dit Alfred Branck sur Youtube). Deux loups de mer modestes, fiables et efficaces. Je connais Franck comme modérateur discret et courtois de la liste HTBA, mais aussi constructeur trop modeste de « Plume », une réplique des anciennes pinassotes du Bassin ; un véritable passionné du Bassin. Je connais Pierre parce que, délaissant son agence Web Odyssée, il était spontanément venu contribuer avec bon sens et générosité à l’opération de renflouement de l’Iboga à Saint-Brice l’an dernier ; Pierre est également kiter et a tenté de m’initier à ce sport exigeant.

Départ du Ferret à 08:30, c’est PM+ 30 mn env. Le bateau reste l’un des seuls à occuper son mouillage escoure du phare. Il fait grand beau. Les nuages filent vite.

Un vent de sud-sud-ouest 20 nds qui forçira jusqu’à 35 nds et plus vers 15:00.

Toilette : foc n° 1 et GV sous 1 puis 2 ris puis finalement affalée.

Pause comme prévu au port d’Arcachon ; à couple avec le 680 « Jasmin », arrivé la veille de Piraillan pour la régate ; dépôt de la plaque du Trophée pour le gravage du nom de l’Iboga ; conversation de ponton avec Mathieu venu en voisin : maisons passives, matériaux, bioconstruction… L’appel du bassin. Il est encore tôt. Prise du 2e ris. Visite du fond du Teychan dans l’idée de planter l’ancre à l’abri du banc de la Sableyre de Comprian ; mais le plan ne s’avère pas raisonnable vu la marée qui n’est pas encore basse, le vent qui continue à monter, toujours secteur sud, quelques rafales font lofer inexorablement le bateau, gare à garder de l’eau au vent ! Et, la perspective de devoir au retour tirer des bords contre le vent et le courant. Décision : l’Iboga fait volte-face et parcours en à peine une heure le Teychan au près, Cousse vent arrière, le chenal de l’île au travers, le chenal d’Arès vent arrière (là, la GV est ferlée, nous sommes tirés par le foc n°1 seulement) et le sprint final le long du chenal de Lège jusqu’à la plage de Bertic.

C’est basse mer.

Dépose et pliage de la GV, tant qu’elle est sèche, puis le déjeuner gastro autour du carré de l’Iboga. Un peu cassés, nous sommes, par le soleil (oui oui), le vent, le bruit et le stress de la navigation. Il faut du temps pour réémerger. Il pleut maintenant. Un peu tard pour démâter. Il reste 1h de jour. La marée monte doucement.

Relâche

Relâche (cliquez sur la photo pour l’album de Franck)

L’idée, c’est de monter le bateau le plus haut possible sur la plage de Bertic, à l’abri des vents, le temps que je m’occupe sous quelques jours de le démâter et de le faire sortir au sec.

Franck se charge d’accompagner le bateau avec la marée montante tandisque Pierre et moi retournons par la route au Ferret récupérer ma voiture et l’annexe.

Et à 18:00, 10 heures après l’avoir commencée, la nuit complètement tombée, c’en est fini de cette somptueuse journée de voile extrême et conviviale.

Pour la dernière fois de la saison, je vous ai fait une photo satellite de notre parcours sur Google maps. Le dessin est inhabituel, avec le passage au port d’Arcachon, puis au fond du Teychan et l’arrivée à Claouey.

Franck a pris des photos et vidéos forcément géniales, mais je ne les ai pas encore.

Je ferai un update quand. Elles sont en ligne sur mon Flickr parcequ’il ne veut pas le faire lui même…