680 connexion 2011 et RV de nuit à #secretbeach

Pour la 680, on s’en est vu. L’Iboga a passé la ligne à 17:58 ; 2 mn avant la fermeture !

Vous verrez la trace de notre bataille le long des corps morts.

680 connexion : tricoter jusqu'à la 15

La Bulle a un peu taquiné le peloton de tête, les premiers temps, jusqu’à Eyrac ou Thiers, non ?

Pour nous, il n’y a plus eu de régate 680 à partir de la Chapelle, quand Petit Pacha et Galip se sont embrouillés, derrière nous. C’étaient les seuls qui nous menaçaient. Par la suite, nous avons régaté contre les First 211 et 21.7, un Bjet et un Microsail. Les First et le Bjet sont arrivés 5 mn devant nous, ce qui est pas mal je trouve étant donnée leur meilleure remontée au vent. Le Microsail, nous ne l’avons pas laissé passer au travers dans Mapouchet, régate oblige.

Ce qui a fait la différence ? Pour ce qui s’est passé sur les autres 680, je ne sais pas. À bord de l’Iboga : Continue reading

680 Connexion : une victoire annoncée donc obligatoire


Photo : Mathieu Couach sur Estouki ; merci à lui pour son sacrifice

L’Iboga termine donc 1er de la 680 Connexion.
Équipage composé de Éric Berron et Vincent Bodin.
Éric, l’un des plus fins barreurs du Bassin est classé au niveau européen en Snipe et au niveau mondial avec plusieurs titres de champion du monde de pinasses à voile du Bassin d’Arcachon, autrement avec le concours de sa compagne Muriel, il pèche à la barre de son BJet Matonnat préparé comme pour le championnat ; gare s’il décide de revenir à la course croisière !
Vincent est un équipier apprécié sur certains 50 et 60 pieds du Vendée Globe, il a à son actif plusieurs saisons de Melges 24 et avait en son temps mené l’équipage du port d’Arcachon taquiner le palmarès du défi des ports de pèche ; il se consacre maintenant à taquiner le podium du championnat de France de kitesurf, en longue distance.

Des équipiers sélectionnés pour la gagne

Leur connaissance du plan d’eau, leur goût de la victoire, leur expérience de la régate, en font de redoutable équipiers sur ce bateau affuté qu’est l’Iboga. Non… là, je déconne : le bateau est tout juste acceptable avec sa carène à peu près propre grâce aux bons soins des locataires de la semaine. Et puis, l’élingue en câble de palan d’écoute de GV qui se barre en sucette pendant la course, moyen ; moyen aussi le câble de pantoire du hâle bas de tangon qui se casse… je sais, j’ai un chantier câbles cet hiver… à moins que je ne remplace par des câblots en textiles modernes.
Continue reading