680 connexion 2011 et RV de nuit à #secretbeach

Pour la 680, on s’en est vu. L’Iboga a passé la ligne à 17:58 ; 2 mn avant la fermeture !

Vous verrez la trace de notre bataille le long des corps morts.

680 connexion : tricoter jusqu'à la 15

La Bulle a un peu taquiné le peloton de tête, les premiers temps, jusqu’à Eyrac ou Thiers, non ?

Pour nous, il n’y a plus eu de régate 680 à partir de la Chapelle, quand Petit Pacha et Galip se sont embrouillés, derrière nous. C’étaient les seuls qui nous menaçaient. Par la suite, nous avons régaté contre les First 211 et 21.7, un Bjet et un Microsail. Les First et le Bjet sont arrivés 5 mn devant nous, ce qui est pas mal je trouve étant donnée leur meilleure remontée au vent. Le Microsail, nous ne l’avons pas laissé passer au travers dans Mapouchet, régate oblige.

Ce qui a fait la différence ? Pour ce qui s’est passé sur les autres 680, je ne sais pas. À bord de l’Iboga : Continue reading

Fond de rouye à la Réousse, et autres hauts fonds

Iboga a-t-il vraiment découvert une nouvelle route maritime ?
Iboga a-t-il vraiment découvert une nouvelle route maritime ?

Photo et LES TITRES AUXQUELS VOUS AVEZ ECHAPPES : Thierry Bodin

PERTURBATIONS MAGNETIQUES DANS LE NORD BASSIN :

IBOGA victime, perd le nord et s’échoue.

PANNES DES SATTELITES, GPS HS, SOS :

IBOGA victime du brouillage, s’échoue et s’égare dans la vase.

ABSENCE DE VIGILENCE, LE SKIPPER ET SON BATEAU S’ENVASENT

Narcolepsie narcotique sur iboga.

UN VOILIER A LA VASE A LA PATTE :

Seul sur la matte, l’iboga trône

DECOUVERTE D’UNE NOUVELLE VOIE MARITIME PAR F.X. BODIN :

Le skipper d’IBOGA a inauguré un nouveau passage au travers de la matte de CLAOUEY, "plus facile a utiliser a marée haute"nous declare-t-il à son arrivée, les traits tirés, visiblement éprouvé par cet exploit.

Continue reading

Carénage urgent

De nouveau avec Patrick à bord, départ midi sans vent, marée descendante qui nous porte jusqu’à l’aplomb de Graouère. Grand soleil, vin blanc, jambon et chips suivis d’un café frais ; que pourrait-on réclamer de plus ? Du vent ? En voilà : vers 15 h le thermique se lève doucement au nord-ouest. Vive le GSM ! Grâce à lui, nous donnons rendez-vous à Jef sur la plage de l’Herbe. C’est marée basse ; accostage pénible : une épaisse vase nous sépare de la plage. Il va falloir embarquer notre équipier en passant tout près des parcs. Ca passe. Ensuite, sous spi au petit largue jusqu’à la pointe du Ferret. Un truc bizarre me chagrine un peu : je me fais dépasser par un autre 680 qui ne porte à l’avant que son foc n° 1. Et moi je suis sous SPI !? Allez, on se concentre un peu sur les réglages de voile. Ca améliore, mais guère. Explication : l’Iboga a une carène dégueulasse (mousse, herbes, cracoys…) et les tissus de coque gorgés d’eau à force de rester au mouillage. Un sérieux carénage s’impose et, l’hiver prochain, un hivernage au sec impératif. La remontée jusqu’à Claouey s’effectue au près, sous 4 bft, sans histoire. L’orage arrive, mais nous avant.