Claouey – Bancot et les copains – Ferret

Au beau milieu d’un beau WE qui a vu la joie de participer à la despedida de mon cousin Pascal entouré de ses fidèles équipiers, de ses camarades d’escalade et de la famille — et donc de larges tranches de soirées sans fin — et la dernière régate de pinasses à voile de la saison — le tour de l’île — au cours duquel un importun banc de sable a mis un terme brutal à nos ambitions, voilà la marée du dimanche.

Continue reading

Belle plaisance, cabane des 680 et tour du Bassin

Affiche "Belle Plaisance 2008"

Trois grandes phases pour cette session de 30 heures de voile ; et l’alternance : solo, en groupe, solo, en groupe, solo.

Plutôt que de vous faire un article à la fx, de 2m de haut, je vous propose la carte interactive ci-après. Elle contient l’essentiel résumé des points à retenir, et des liens vers les photos relatives.

Vous pouvez aussi cliquer pour avoir la carte interactive en plein écran, ce qui est plus « pratique ». Continue reading

Trophée des Jouët 680

Pinasse bleue au Cap Ferret face au soleil levant
Pinasse bleue au Cap Ferret face au soleil levant mise en ligne par fxbodin.com

Attendue depuis un an, cette 3e édition du trophée des 680 commence bien, avec plus de 10 Jouët inscrits, ce qui fait une belle flottille, mais ne se terminera pas puisque l’heure limite 18:00 verra les plus acharnés attendre le retour du vent à l’ancre devant les Américains, et un verre de pastis à la main (sur l’Iboga en tout cas). Continue reading

18 heures 2005 : l’Iboga prendra-t-il le départ ?

Ici, il est question de rédiger le petit récit libre de cette 32e édition des 18 heures d’Arcachon vus depuis l’Iboga, où l’on verra que, malgré une préparation optimale des réserves d’apéro et du moral des équipiers, alors qu’un vent parfait promet un départ d’anthologie, la rupture de la lame de safran à 20 mn de l’heure du départ contraindra à un piteux retour au ponton (avec l’aide très appréciable d’un aimable batelier arcachonnais). Où l’on lira peut-être aussi que, grâce à la superbe solidarité des propriétaires de 680, l’Iboga pourra repartir 90 mn plus tard avec un safran de prêt et courir – un peu à contretemps – sa course au grand plaisir de l’équipage et qu’il en résultera une ambiance exceptionnelle dans une compétitivité inébranlable vu que le bateau avait passé « la ligne » en même temps que les premiers de la course passaient leur premier tour (l’impression d’avoir pris l’autoroute à contresens). Où l’on comprendra peut-être que cette édition restera marquée, pour l’équipage de l’Iboga, au sceau de la persévérance récompensée, du plaisir d’être ensemble sur l’eau dans ce paysage inimitable et de la conscience de vivre des moments hors du commun.

Ci-après, les chapitres à compléter quand j’aurai le temps :

Continue reading