Moteur auxiliaire, la puissance idéale

C’est un accessoire de luxe – au prix que se vendent les moteurs – mais un accessoire indispensable pour la plupart d’entre nous, plaisanciers, le moteur.

Depuis que je possède le bateau, 3 périodes :

  • 2 saisons avec l’Evinrude 9.9 fourni avec le bateau
  • 3 saisons sans moteur
  • depuis 2000, avec le Mariner 8 acheté d’occasion

Je passe rapidement – il y en plein les livres de bords – sur les déboires des périodes avec moteur et les bonheurs des navigations sans moteur, sur l’intérêt d’un moteur et les galères sans moteur. De toutes façons, vu l’état général des engins en question, la garantie d’efficacité en principe offerte par leur détention devient souvent incertitude et dépit assortis d’une luxation de l’épaule (et non pas luxure ; droite l’épaule pour moi).

Imaginons qu’ils aient fonctionné correctement.

Rapport poids / utilité.

Evinrude 9.9 : trop lourd et trop puissant. Par contre jamais mis en défaut par les conditions de mer (hormis, mais c’est général, les problèmes d’assiette du bateau et d’hélice hors de l’eau).

Mariner 8 : Impeccable, même si encore un peu lourd en manipulations, puissance suffisante.

Maintenant il s’agit d’équiper l’Iboga d’un moteur neuf. Vu le prix de ces engins, je regarde les petites puissances : 5 ou 6 CV. On m’a proposé un Tohatsu 2T 5 CV à un prix compatible avec mon budget. L’intérêt, outre le prix : le poids et la consommation.

Et puis, des Jouët 680 avec des 5 ou 6 CV, on en voit.

Il est certain que cette puissance est largement suffisante pour quitter ou prendre le corps mort, manoeuvrer au port ou en approche de beach, ou encore pour faire route par temps calme sans courant.

Mais j’hésite, car je crains de manquer de puissance le jour où j’en aurai vraiment besoin : avarie, courant et vent de face, mer forte, traversée des passes…

En revanche, avec la modernité galopante et les progrès techniques, les blocs qui développent 5 ou 6 CV sont autrement plus efficaces qu’il y a 20 ans (âge moyen des moteurs qu’on trouve d’occasion).

Alors j’ai demandé leur avis aux collègues 680tistes.

Et je suis bien avancé !

Alors, trop légers ou pas assez puissants ?

En gros, c’est 50 – 50, avec une variante dns le 4 temps.

Ah, oui, il faut savoir, comme dit Herber dans un récent commentaire, que à la fin de l’année, on ne devrait plus trouver de 2T à carbu. Seulement des 4T et des 2T injection. Tant que le marché n’aura pas fait descendre les économies de l’échelle (qu’un économiste me lise ! Ah ha !) les 4T seront 40 à 60 % plus chers que les 2 temps d’aujourd’hui. Alors je persiste sur le budget.

Les témoignages, j’en publie les extraits en rapport avec la question, pour que chacun fasse son expérience :

Anthony Garrau – La Galerne

Pour ma part j’avais un vieil Evinrude 6 CV. J’au dû le changer.

J’ai eu la possibilité (…) d’acheter un Honda 4T 8CV d’occaz neuf à un très bon prix. Certes il est plus lourd que le Tohatsu, mais quel confort quelle que soit la configuration de mer rencontrée. Par exemple, retour du banc en plein été en plein bouillon sans problème (…) Certes il est plus intéressant de plusieurs points de vue d’avoir un « petit » moteur, mais le bassin peut parfois nous réserver des surprises pendant lesquelles, un peu de puissance est utile…

Roger Forner – Cool

J’ai démarré avec un 6 CV Mariner monocylindre refroidi par air (très pratique quand on navigue en eaux troubles (…) dans les trous vaseux à marée basse car pas de circuit encrassé)

Par contre j’ai trouvé trop faible en action de pêche pour remonter rapidement dans les courants aux pieds du Pilat.

J’ai donc changé pour un 9,9 bi-cylindre 2T Mariner avec chargeur de batterie intégré (prise sur volant magnétique)

Ce dernier a fait un infarctus – circuits de refroidissement encrassés malgré les rinçages à l’eau douce – après 20 ans de bons et loyaux services.

Je viens de m’équiper d’un 10 CV Honda 4T démarrage électrique dernier cri – une super machine quant elle est installée mais trop lourde pour une manutention en solo. (…) En effet pour éliminer les incertitudes relatives à ce type d’outil, je ne

prends plus que du neuf.

Jean-Claude et Paulette Faucher – Le Gaillard

Il se trouve que j’ai au garage bien hiverné par un mécanicien un Yamaha 2 T 5CV arbre long que j’avais acheté neuf pour mon ancien bateau (un 510)

Quand j’ai acheté le jouët il avait un moteur 2T Evinrude de 7,5 CV et j’ai donc remisé le Yamaha.

J’ai pensé qu’il valait mieux « finir » le moteur vendu avec le Jouët et garder le Yamaha en réserve pour la suite.

Il se trouve que l’Evinrude va super bien et ne donne pas signe de vouloir aller à la retraite.

On m’a dit que le Yamaha 5 CV poussait mieux que beaucoup de ses « collèges » de 5 CV et que tous les 5 CV du marché ne sont pas équivalents. C’est vrai, 5CV c’est un peu juste pour le Jouët : si on a du vent contre et le courant contre, on étale tout juste.

Thierry Pommier – Desperado

J’ai moi même acheté un 6CV – 4T Mono-Cylindre avec une hélice de gabarit inférieur au précédent moteur qui était un 9.9 2T… Même avantages que ton Tohatsu : prix et poids et 90% du ratio Performances/Utilisations me conviennent très bien. PAR CONTRE… si présence courant, manoeuvres délicates avec Vent, déplacement avec clapot, du monde à bord… cela devient plus chaud et c’est là que l’on regrette !!!…. Si c’était à refaire, je reprendrais un 9.9, c’est tout de même plus confortable…

Je pense commander une nouvelle hélice, pour voir si cela pousse un peu plus…

Laurent Berton – Bonaire

En ce qui concerne ton moteur, ta réflexion est saine. Les galères ça va 1 moment, mais après, on s’en passe. Surtout quand c’est pour ce que je considère la sécurité des biens et des personnes, à savoir le moteur. Je suis dans la même phase de réflexion que toi, remenber ma clavette de l’an dernier au Mimbeau. Cela n’était que la clavette, mais je commence à bien connaître mon moteur, un évinrude 6ch de 1978 au bout du rouleau. Je viens de changer 3 silent bloc cet hiver !!!

Personnellement je ne prendrais pas un 5ch. Mais je fais plus de moteur que toi.

J’ai un copain qui vient de « jeter » son 9,9 évinrude 2 temps pour un 6ch évinrude 4 temps. Sur un Bélouga.

Il en est enchanté. Autant de puissance que l’ancien et surtout moins de bruit et une faible conso.

Par contre il faut mettre la bonne hélice, qui pousse presque autant en arrière qu’en avant. C’est pas forcément celle d’origine.

A mon avis un 6 ch serais mieux adapté. Après il y a le choix entre les 2 et 4 temps.

Christian Facione – ex. La Navalaise

Pour ma part, sur « la navalaise » j’avais un 6 cv mercury 2 Temps = pas de problème avec 6cv même avec du courant.

Si je devais le renouveler je prendrais à coup sur un 5ou 6cv 4 Temps car moins gourmant donc + d’autonomie, plus fiable et plus silencieux.

Seul hic un peu plus cher, mais ce n’est pas un achat que l’on fait tous les jours.(très légèrement plus lourd, mieux vaut un réservoir séparé dans le coffre).

Frédéric Delest – Clap

Moi j’utilise un 6cv mercury 4T qui suffit en puissance mais je ne me suis jamais trouvé face au vent fort et au courant par marée de 115. On verra bien !!! Avantage du 4T : moins de bruit et pas de mélange.

François Delattre – Canaillou

Je pense que pour la securité? mettre un moteur un peu faible est dangereux je vais surement moi aussi devoir changer mon vieux 9.9 Je vais m’orienter sur un deux temps de 8 CV, les 4 temps sont encore trop chers mais sont surement mieux.

Jacques Veen – Batavia

A mon avis un 5CV est un peu faible ; mais quand j’avais votre âge je naviguais en Garonne – et dans l’estuaire où il y a des courants « de foudre », avec un bateau LOURD, sans moteur et avec un super équipier « maitre godilleur ». Je ne le ferai certes pas maintenant !

Alors, fx, quest-ce que tu vas faire ?

Ma décision est prise.

Je vous raconterai comment ça se passe.