Le convoyage avant la tempête

IMG_0034
On ne dirait pas mais là le vent souffle déjà pas mal, il était plus que temps de démâter.

la dernière sortie de la saison 2008. 32e, je crois…

Objectif : convoyer le bateau à Claouey, éventuellement le démâter dans la foulée pour le mettre à dispostition d’un professionel qui diligentera une remorque pour aller le caler à Lège.

Challenge : faire la manipe avant que le coup de vent annoncé par la météo ne se produise. Force 6 à 7 attendus, vents 50 nds. Quand même.

Chance : d’avoir eu sur Claouey mon cousin Renaud pour me donner un sacré coup de main.

Sans plus de phrases, les légendes de l’album photos :

Allez, salut Ferret. A l’an prochain avec un bateau bien caréné.

Rayon de soleil avant l’averse.

Continue reading

Être sur l’eau le 26 octobre, c’est tout

Ce dimanche, vers 13:00, j’ai embarqué sur l’Iboga pour un petit tour, étant donnée la marée montante jusqu’à quatre heure à peu près, mais surtout l’heure d’hiver toute neuve qui peut surprendre en fin de journée.

Eventuel RV avec Mathieu, vers l’île si le courant et le vent le permettent.

J’ai d’abord traversé sous spi, si l’on peut dire : le bateau orienté au 90 (vers le Moulleau) mais faisant route au 54 (vers l’île).

Tu te dis « heureusement que je ne dois pas aller à contre courant, là ».

Et puis entre la bouée rouge 14 et la verte 15, de lassitude de voir ce spi pendouillant, j’affale et assez d’entendre la gévé claquer, je la blinde. C’est tellement rien, le vent, que le bateau ne s’y met même pas de face !

Le moment de finir le pique nique dans le lit du courant.
Continue reading

Fond de rouye à la Réousse, et autres hauts fonds

Iboga a-t-il vraiment découvert une nouvelle route maritime ?
Iboga a-t-il vraiment découvert une nouvelle route maritime ?

Photo et LES TITRES AUXQUELS VOUS AVEZ ECHAPPES : Thierry Bodin

PERTURBATIONS MAGNETIQUES DANS LE NORD BASSIN :

IBOGA victime, perd le nord et s’échoue.

PANNES DES SATTELITES, GPS HS, SOS :

IBOGA victime du brouillage, s’échoue et s’égare dans la vase.

ABSENCE DE VIGILENCE, LE SKIPPER ET SON BATEAU S’ENVASENT

Narcolepsie narcotique sur iboga.

UN VOILIER A LA VASE A LA PATTE :

Seul sur la matte, l’iboga trône

DECOUVERTE D’UNE NOUVELLE VOIE MARITIME PAR F.X. BODIN :

Le skipper d’IBOGA a inauguré un nouveau passage au travers de la matte de CLAOUEY, "plus facile a utiliser a marée haute"nous declare-t-il à son arrivée, les traits tirés, visiblement éprouvé par cet exploit.

Continue reading

Pourquoi ils n’étaient pas sur l’eau les autres ?

Pas mécontents de poser pied à terre après 1,5 heures de baston au près

C’est un bon WE qui s’achève : 2 soirées amicales, un tour en forêt à La Teste et un tour en bateau, les 2 encore avec des amis. Quoi de plus ?

Le tour en bateau, c’était la 29e journée du journal de bord d’une saison 2008 décidément bien chargée.

De la soirée de samedi, une invitation lancée à Marie, Marcelo et Pablo pour profiter de la marée propice. Marie et Marcelo connaissent bien le bateau puisqu’ils en avaient déjà fait un tour… en 2001 (souvenirs du journal de bord).

Les diverses prévisions météo étaient convergentes — toutes annonçaient un vent fort — mais ne s’accordaient pas sur la force : 3 à 4 bft pour winguru et windfinder, tandis que météofrance annonçait 5 à 6 bft. C’est pas la même chanson à 18-20 nds de vent qu’à 30 !

Finalement, c’était un bon 4 beaufort avec des risées dans le 5, mais pas davantage je pense.

Continue reading

Demi journée de septembre

Rencontre avec le canot mixte Chiu'le Bent
Rencontre avec le canot mixte Chiu’le Bent

Ce dimanche, je suis arrivé au bateau bien en avance puisqu’à 12:30 il restait encore 1 heure et demie de montant pour faire flotter la bateau. Mais qu’importe, j’étais bien, avec mon casse croûte à me laisser dorer au soleil. Les insolations de septembre sont les meilleures parce que les dernières de l’année. L’occasion de causer avec le propriétaire du Jouët Eole, mouillé lui aussi escoure du phare, un peu plus au large.

Et puis peu avant 14:00, toutes voiles dehors, emporté par le montant sous un fort coef de 90, vers Arcachon. Mais le peu de vent d’est devient nul et j’ai sacrément envie de piquer un somme. Et alors ? En plein milieu du chenal et de la pétole, je laisse le bateau évoluer à sa guise et je descend dormir 15 mn sur la banette.

Continue reading

Autant en emporte le vent

Mouais… le titre, bof…

En emporte quoi ?

Arguin vu de la dune des Sablonneys
Arguin vu de la dune des Sablonneys

Et bien d’abord, en emporte pas grand chose à midi, ce petit est-nordet tout mou et insuffisant pour choisir sa trajectoire. Tout juste l’infléchir. Et c’est donc le courant descendant qui décide du cap : sud toute.

Ensuite en emporte le vacarme permanent, spasmodique, hystérique des myriades de bateaux à moteur et surtout surtout de ces saloperies de moto-crottes de JI Joe, les jet skis à siège. Grrrr ! Une marée sous le vent gâchée par cette omninuisance.

En emporte finalement quelques beaux bords de près une fois passé noroît — nor-mal, quoi, pour une fin de journée sous régime dépessionnaire dans le Bassin — et forcissant 3-4 bft pour le plus grand plaisir du barreur.

Et au départ, 3 semaines sans Iboga. Le désir de profiter de cette magnifique journée ensoleillée du jour de l’automne. La sérénité naissante d’un horizon qui se débouche…

Quelques clichés de cette journée. Continue reading

Solo Ferret-Pyla-Arguin-Ferret

Iboga mouillé au Pyla
Iboga mouillé au Pyla

Lendemain de 1,5 jour de bringue et voile traditionnelle, besoin de silence, de repos, de solo.

La marée ne me laisse pas le choix de l’horaire : je dois décarer à 10 heures pétantes. Même pas le temps d’aller chercher du pain. C’est coëf de 101, autant dire qu’il y a un sacré jus et avec ce vent très moyen, il est hors de question de choisir son trajet.

Ce sera donc Arguin.

Alors que le bateau déboule vers le sud, il me prend l’idée d’aller chercher mon pain au Pyla. Et pourquoi pas ? Alors je fais demi-tour et bataille un peu contre le courant pour remonter assez pour passer entre les bancs de sable qui encombrent le grand chenal entre le Cap Ferret et la côte Moulleau-Pyla. Continue reading

Aujourd’hui, Iboga fait des heureux

Attention : arrogance.

Cette journée sur l’eau a fait des heureux parmi les concurrents. Les 6 qui sont arrivés devant moi à la 680 connexion, je veux dire.

Mal placée, l’arrogance, parce qu’il n’y a vraiment pas de raisons de frimer. C’était cette régate, inscrite au calendrier fédéral, organisée par le CVA et tellement sérieuse qu’il y a des droits d’inscription à acquitter et des licences pour chaque équipier. Vous vous souvenez ? la régate que j’avais décidé de gagner 3 années de suite pour truster le trophée Voilerie du Bassin : une demi coque de Jouët 680. La régate que l’Iboga avait littéralement dominée en 2006, devançant d’une 1/2 heure le reste de la flotte, et piteusement régressé à la 3e position en 2007. Alors cette année, étant donné que l’Iboga… l’entretien, vous voyez ? Discussion : « – ola, il faut que j’aille passer l’éponge sur la flottaison, il y a du gras » moi : « – ola, j’ai pas caréné depuis, euh… 2006 »

Mais cette journée sur l’eau a fait aussi des heureux parmi l’équipage unanime de l’Iboga qui a passé une super journée de bateau.

Continue reading

Il n’y a pas que le Jouët 680 dans la vie

Pique-nique pinassayre
Pique-nique pinassayre à Gahignon

J’avais déjà écris des articles dans le journal d’outre bord ; j’entends de journées passées à bord d’autres bateaux. C’est exactement ce qu’il s’est passé là : RV à 11:00 au club nautique de Claouey, embarquement des pinasseyres sur le bac à voile Escalumade, route au moteur jusqu’à Arcachon, la plage du CVA qui en fait doit être à La Teste. Nous traînons une pinasse – la Légeote – alors que les 2 autres sont restées à Arcachon après la journée du 15 août. Une pause pique nique sur le banc de sable de Gahignon à l’est de l’île aux oiseaux, le long du chenal de Mapoutchet. Rencontre, là de l’ami Laurent et sa petite famille, avec leur Jouët 680 Bonaire, échoué pour un carénage d’avant régate (lire la semaine prochaine…)

Arcachon. Le bac est laissé à l’ancre. Composition des équipages des pinasses. Je serai à l’amure sur Capricieuse ; Eric à la barre, Herber à l’écoute… Le comité de course distribue les parcours et les dernières recommandations. Continue reading