Le Flow comme si vous y étiez

Vingt-quatre heures d’Iboga, dont une belle séquence de 3h de virements de bords dans un vent soutenu. Ça faisait longtemps et c’était bon.
Ça a commencé samedi soir, 20:00 au bateau, avec de l’essence, un pack d’eau et quelques victuailles. C’est bien calme sur l’eau. Pas un bateau. Le temps couvert, après cette journée si chaude. La lumière de fin de journée un peu blême. La mer monte jusqu’à 22:30. Yamaha, 1h, Saous. Ancre. À portée de vue au sud de l’île, 4 ou 5 bateaux. C’est l’heure rose : il ne reste plus que quelques minutes de jour. Aux cabanes, un peu plus loin à l’Est, une bande de fêtards qui rejouent radio nostalgie.

Continue reading

Un dimanche « hors-saison »

Samedi après midi avait été consacré à l’océan : 6h de soleil et de baignade, un peu de « surf », lecture et bruit de vagues en boucles… Un mois sans voile. Je trépigne.
Ce dimanche, nous avons donné RV à Jacques et Hélène, testerins venus en pinasse jusqu’à Bélisaire, au marché du Ferret pour approvisionner. Las ! Le marché est FERMÉ ! Alors que la veille encore, on s’y serait cru en août… WTF? Mais la marée baisse, on n’a pas trop le temps de creuser la question, ni de profiter pleinement des canelés de chez Lemoîne. Rabattage sur Codec et la boulangerie Pébeyre (on me souffle dans l’oreillette que ces vénérables enseignes ferret-capiennes auraient été reprises et rebaptisées… foutaises !)
Embarquement avant 11:00 en tout cas. Un coef moyen marée descendante et un vent de Nord en dessous de moyen nous permettent de traverser le chenal jusqu’au Pyla, en surveillant les cahouènes. En abattant, le bateau se traîne. Il faut faire quelque chose : envoyer le spi. Voilà ! Une occasion pour Jacques de réviser son Iboga. Ça tombe bien quand même que j’ai décoincé le piston du tangon pour la 680 Connexion du mois dernier. Ah, non, en fait le piston est de nouveau coincé. Grrrr. Encore de la perceuse au programme pour dé-riveter… Bon, spi envoyé. le temps de prendre quelques images lumineuses de la voile vaguement gonflée.

Continue reading

Une collecte pour 💶 financer la lutte contre le décret Arguin 2017 😡

Parce que ce décret, motivé par la protection des espèces de la réserve, s’acharne exclusivement sur les activités les moins impactantes et ne traite pas le fond du problème de surfréquentation (ponctuelle) motorisée, parce que le gestionnaire refuse toute discussion constructive dans le but de trouver des compromis entre les objectifs de protection et les pratiques respectueuses, entre la haute saison et la basse saison, parce que nous ne nous laisserons pas pousser dehors…

Continue reading

Prendre de la hauteur sur le banc d’Arguin

Comment !? La Réserve Naturelle Nationale du banc d’Argin survolée par un SATELLITE !? Mais que faite Le Gestionnaire ? Interdire ! Interdire ! Assez de ces humains arrogants !

Caaaalme-toi fx… (respire…)

Bon, pour commencer, MERCI à Thomas Pesquet, héros des temps moderne, représentant de la brillante race Française à bord de la station spatiale internationale de novembre 2016 à juin 2017, qui nous régale de ses clichés sur la vie quotidienne et extraordinaire des occupants affairés de l’ISS, et de ses coups de cœur « planète Terre vue d’en haut ». Très haut.

Dune de Pilat

Ce jour ci, il a tilté sur ce petit bout de côte du bassin aquitain où sont concentrés tant de sites qui me tiennent à cœur : la vieille forêt de la Teste et de Cazaux, tellement chargée d’histoire(s) ; la pointe du Ferret avec sa conche du Mimbeau Continue reading

Art. 19. – I.

Art. 19. – I. – Le mouillage et le stationnement des navires et de tout engin nautique ou engin de plage sont, sur la totalité du territoire de la réserve, interdits du coucher au lever du soleil.

Et bien ça y est…

Le Gouvernement de Paris a adopté le « Décret no 2017-945 du 10 mai 2017 portant extension et modification de la réserve naturelle nationale du banc d’Arguin (Gironde)« , un beau jour de mai 2017, quelques heures avant de céder la place à un nouveau gouvernement.

Photo de fond : Clément Viala Photographe - panneau d'interdiction : Mme Royal pour la Sepanso

Photo de fond : Clément Viala Photographe – panneau d’interdiction : Mme Royal pour la Sepanso

Continue reading

Ferret – croissants – Moulleau – Arguin et retour

C’est juste après le dîner pour l’anniversaire (22 ans !) d’Alice. Il est minuit. Je reste au bateau pour la nuit.

Au petit matin. Pluie. Grasse mate.

C’est 2h après la pleine mer. La pluie est finie. Je descends à terre (merci mon voisin de me prendre avec ton bateau à moteur, tu m’évites une opération scabreuse et le speed de l’échouement) je descends donc chercher mon pain et de quoi manger à midi.

Embarquement et cap travers au chenal. Portant. Traversée des bancs de sable. Mais il est encore tôt et à ce rythme, je serai arrivé avant d’avoir fait de la voile… Donc je remonte contre courant au près, le long du Moulleau. Jusqu’aux Arbousiers. Là il n’y a plus d’eau. Il est temps de descendre.

Écrire une légende #iboga680

A video posted by François-Xavier Bodin (@fxbodin) on


Continue reading

Arguin, Ferret, Afrique 12h sur l’eau

Lever avec le soleil. Courageux, Manou, Lauren et Léo, mais ça vaut la peine
Embarquement au descendant à 07:00
Croissants frais, pain et confiture avec thé et café, sur la descente, pas violente, le bateau divague en suivant le courant

Lauren et Leo au breakfast

Lauren et Leo au breakfast

À partir de Lavergne, le vent est là, nordet 3 à 4, sympa, le bateau file
Jusqu’à la bouée 5 (ou 7) verte dans les passes
Ancre le long d’Arguin côté passes
Une trentaine de bateaux ont passé la nuit dans la conche
Premier bain, puis rattrapage sommeil sur la plage. Il est 11:00 Continue reading

Les portugaises ensablées d’Arguin

Une marée qui commence tôt : 09:30 au bateau.
Bon vent, encore de l’est. Bizarre.
Après une volte devant les Américains, cap à Arguin.
Le banc a bien changé cet hiver : la conche habituelle est méconnaissable. Je pose le bateau dans l’estey ensablé, tandis que la marée continue de baisser.
Ensablé, ce n’est rien de le dire : peut être 2 hectares de parcs à huitre ont disparu sous 1,5 m de sable ! Seuls les pignots dépassent… Une grande partie des parcs restants sont recouverts d’une chape de moules. Chantiers à l’abandon… Apparemment, l’hiver n’a pas ménagé les parqueurs. Continue reading