La chance de partager une nuit à Arguin avec Alice

Au départ, c’était une croisière pour mes ex-collocs. Et puis ça n’a plus été possible. En plus le samedi matin est devenu une réunion du syndicat de la forêt usagère suivi du repas de Bureau, tout ca, de l’autre côté de l’eau, au sud. Total, je n’étais au bateau qu’à 18:00. Entre temps j’avais cueilli Alice et Lauryne à Piquey.

Ca a resemblé à ça :

On embarque et on se casse à Arguin. On trouve un chouette mouillage avec vue sur la dune, les passes derrière et la piscine dessous et on se laisse échouer pour la nuit. On découvre un peu, on prend l’apéro, le coucher de soleil sur la dune, etc. Et on dort dans le bateau (prévoir sac de couchage). Le matin, soit on décarre (très) tôt pour aller ailleurs, soit on se laisse échouer encore à Arguin jusqu’à 15:00 env. Et après une journée à rien faire sauf balades sur sable, ramassage de coquillage, baignades, siestes, apéros et casses-croûtes, quand le bateau reflotte on part vers le Ferret pour y être vers 17:00 ou 18:00 et quelques.

Avec aussi :

  • la descente dans un vent molissant mais arrière, donc sous spi avec Alice à la barre, Lauryne à l’écoute et moi au bras/piano
  • le réveil du thermique comme d’habitude alors qu’il faut affaler pour entrer dans la conche, et puis avec ce jus, pas question de se laisser embarquer au delà
  • l’entrée entre les parcs par le passage reconnu à notre dernière venue
  • la recherche d’un mouillage le plus abrité possible de la houle anticipant la marée montante de demain matin
  • une conche quand même assez peuplée : 23 bateaux au mouillage sur 1/2 ha ; 1/3 de voiliers ; 2 pinasses ; notre voisin à 4 m
  • la 1ere baignade dans les passes
  • le dîner chaud à bord tandisque la mer dépose le bateau sur le sable
  • les dizaines de petites étoiles de mer
  • le coucher de soleil banal

Coucher de soleil banal à Arguin. #iboga #cpasmalquandmeme

Et le matin de dimanche :

Nuit au mouillage parfaite. 1ère baignade coté passes à 07:30. L’équipage fait grasse mat. Petit déj dans le cokpit au son des huitriers.less than a minute ago via Echofon

Le spectacle de Zaza et Chiul’bent toutes voiles dehors, dans les passes.

Le reste du temps, à bouquiner, redormir, rebaigner, grignotter, un grand tour de banc…

Et la fin comme prévue, avec une remontée dans un thermique NW plus que correct.

La chance d’avoir partagé cette session avec ma fille. Quand je me rappelle comment elle appréhendait le bateau, quand elle était plus petite que moi (de taille !)…