Le lundi au soleil ! la la la…

PM 07:24. Claouey, l’eau lèche, non, frappe le perré de Sylvosa. Vent SE déjà fort. Ambiance : gris. Ferret, 09:45. Encore de l’eau au dessus de la buse : mon repère. Il y a plus d’1 m d’eau au bateau. Annexe, sa première sortie de la saison. Préparation tranquille. Mais pas trop : à 10:20, on voit bien les rides du sable dessous. Il est temps de décamper. Sous voiles et sans dérive. Le vent porte vers la plage. Dérape, redérape, et voilà, un peu d’eau pour planter quelques cm de dérive. Lof. c’est parti pour la marée. Le Génois et la GV sous 1 ris. Pas un bateau à l’horizon, vu du Ferret. Seulement 1 jetski. Calcul de route : avec coef. 103 marée descendante, si je pars vers le sud, je suis éjecté du bassin dans 1h. On va faire autrement : je fais cap au nord grand largue. Le bateau s’arrache à 2-3 nds, pas mal contre un tel jus ! Comme ça jusqu’à l’Herbe. Je calcule qu’il ne reste plus que 1h de descendant. Volte. Voilà du près cap sud. à 7.4 nœuds ! Quelques larges bords. Voilà la pointe. le Toulinguet, ce qu’il en reste. Des bancs dessous ! Dérive à la main, rejoindre le chenal. Le vent forcit : il faut réduire. Foc n° 1 contre Génois. Le chenal est étroit après le Toulinguet. Le bateau gite fort encore. Réduction hasardeuse de la GV au 2d ris. En trois fois… Paf la bôme sur l’oreille dans un empannage pas maîtrisé. Après, ça va mieux, encore vite mais le bateau est gérable. Balise n° 5.

Iboga dans le chenal des passes

Iboga dans le chenal des passes

Encore beaucoup de jus. La houle rentre pas mal là. Je décide de faire demi tour. Revoilà le portant bout au courant à 2-3 nds. Le courant finit par se calmer, 13:45, c’est la renverse. Le vent ne se calme pas avec ses longues bourrasques Sud à peut être 30 nds. Je décide une escale au Toulinguet. Atterrissage travers au vent dérive et safran relevés. Ancre. Ça danse de droite et de gauche mais au moins il n’y a pas de vagues. Un seul bateau à moteur échoué. À bord de l’Iboga, salade de chou rouge, brebis et copa. Super. Suivie d’un café italien et lecture dans l’abris de la cabine. Pendant ce temps la marée monte. Je rallonge. Re-lecture. Et puis vers 15:00, GV en haut (toujours 2 ris), dérive en bas et ancre dérapée. Rejoindre le chenal et abattre en grand pour la remontée, la passe nord et sa houle, la pointe, Hortense, le Mimbeau… jusqu’à l’escoure du phare. Le vent s’est un peu calmé. Un peu. Toujours sous voiles jusqu’au mouillage . Ah, non : il est toujours à sec. Encore 10 m. Je suis arrivé trop vite. Le temps de plier le bateau, la marée a pourvu aux quelques cm manquants. Voilà l’Iboga accroché jusqu’à la prochaine sortie. Belle marée. Pas très ensoleillée ni très chaude, mais dynamique. Le bateau va bien. Très sain. C’est une bonne saison qui nous attend !