Arcachon, Afrique, Toulinguet

Départ à 11:00 du Mimbeau après une nuit tranquille et les croissants.
Vent d’est 4 bft, parfait. On est parti pour une journée d’été encore.

En revenant des croissants… (clic pour voir d’autres photos de la journée)

Lauren et Léo, nous leur avons donné RV à Eyrac, puis déplacé à la Chapelle faute de vent.
Toujours pas de vent. Moteur. Afrique au début de l’estey. C’est la PM.
Baignade, passage du Cloud Strider, casse croûte. Sieste.
Sieste.
Vers 17:00, les bateaux commencent à quitter la zone, la marée baisse
Iboga vent arrière vers les passes. Au travers d’un champ de caouènes : main sur la drisse de dérive qui fonctionne plusieurs fois.
Toulinguet again. Atterrissage sous voile foireux, foireux 2. Affalage et moteur : voilà. Ancre à terre.
Il est plus que temps de redescendre en température !
Puis exploration pour les uns, sieste sur la plage pour un autre et convalescence en fond de cabine pour la 4e (insolation ? 1 piña colada de trop hier soir aux 44 ?)
Le boucan des jetskis !!! Je n’en peux plus.
Mais avec le montant, le ressac. Et le vent a tourné Est-NE 4 bft. Départ sous voile (foireux, pas de chance aujourd’hui; les habitudes reviennent comme des retours de manivelles : douloureusement). Retour sur un bord de près unique avec le jus. Entrée dans l’escoure du phare sous génois seul qui tracte le bateau jusqu’à (presque) le corps mort.

Pendant ce temps, Léo poste une petite vidéo sur Instagram :

SUPER MARIO BROS 🎮🍄😂 today on the @sebdoshow_ #skateboardingisabouthavingalaugh

A post shared by LV 🌿 (@leovallsconnected) on

Quelques formalités plus tard, le bateau est laissé prêt pour la prochaine marée, tandis que l’équipage s’offre un apéro sur la plage devant le coucher de soleil.

  • Leo Valls

    Malgré un jet d’ancre des plus maladroit, les mousses Bordelo-Californien ont pu profiter et apprécier la douceur d’un dimanche flotteur et berceur. Merci à la générosité de l’Iboga et à son équipage de nous avoir fait vivre un rêve ensoleillé.