En passant par le courant

Entre les cabanes tchanquées !

Entre les cabanes tchanquées !

Le courant, c’est ce flux de jusant qui nous a porté, aidé par un vent de nordet peut être 8 nds, le temps de quelques larges bords, jusqu’à l’embouchure du chenal du… courant.

Le chenal du Courant : lire la brève description que j’en faisais il y a 10 ans

À bord : cousin Jean-Yves et Laurent, que j’ai cueillis après le repas, à Claouey, pour un embarquement à 14:00. Pile le bateau flottait. En plus, un petit vent de NE, juste assez pour évoluer correctement. Oubliée la petite pluie de ce matin : on a presque grand soleil, entre les nuages. La météo s’est plantée.

À bord, café, conversations sur plein de trucs sérieux, je ne touche pas la barre…
Beaucoup d’avions, d’hélicos… ça aurait pu être si calme aujourd’hui…
Devant Arc. Le vent tombe pas mal. On est près de l’embouchure du Courant, alors allons. Il reste 1h de montant, pas la peine d’aller à contre. Bières, chips, on se couvre. Le vent ne vient pas. La météo s’est plantée, qui nous annonçait jusqu’à 10 nds en 2e partie d’aprème. Tant pis. Les bernaches sont arrivées. Et les connards en jet qui les font voler, aussi…

Renverse, Passage entre les cabanes tchanquées, toujours sympa. J’ai repris la barre. Gare à la dérive !
Le sketche de la pseudo-pinasse électrique jaune qui s’y reprend à 5 fois, avant de renoncer à aborder à la cabane 53 bis. Je précise : pétole et eau plate… C’est bien la peine d’avoir ces gros autocollants « Région Aquitaine » et « La Teste ».

Un point GPS : OK, à 2 nds de moyenne, on n’est pas rentré avant la nuit. Tant pis pour le calme, on affale le génois et lance le Yamaha. Pelourdey, Afrique, Grand banc et tout droit cap sur le phare. 1/2h de moteur et c’est le mouillage.

La trace, jusqu’à ce que les piles du GPS ne flanchent ; il restait 15 min de route au moteur.

Tiens pour une fois j’ai préparé l’annexe, ça évitera de devoir rentrer à la nage. On est mi octobre quand même !

Les photos de la sortie :
Iboga le Courant 11 octobre 2015

Bientôt la mise au sec. Où, comment ? Faut que je décide maintenant…