Tour de l’île en pinasse à voile

Ce dimanche j’ai fait la régate tour de l’île sur la pinasse à voile Capricieuse.

Marie-Jacques Charpentier en pleine allocution au CNC
Marie-Jacques Charpentier en pleine allocution au CNC

Pas de podium pour nous, mais la Légeote, qui est aussi de Claouey a emporté le trophée du tour de l’île et — surtout — le championnat du monde de pinasses à voile (du Bassin d’Arcachon).

Je ne vous raconte pas la fiesta et les libations !

D’ailleurs, les équipages de Claouey avaient commencé à fêter la victoire (qui sans déconner n’avait rien de gagnée !) la veille au club avec un gros bbq, chants, toasts, hommages, allocutions ; puis à l’apéro pris dans le chenal à midi dimanche, sur 4 ou 5 chalands à couple. Pour finir par un verre du triomphe pris sur l’eau après l’arrivé et encore un au retour au port de Claouey. Beau dimanche, en dépit des averses qui venaient rincer le départ autours de 10:30 et des bouffes de vent qui nous ont fait longtemps porter un ris dans la voile.

Sur le tour de l’île de Capricieuse, quoi ? Dominique à la barre, puis, Corinne à l’écoute avec moi en relais, moi au tangon, Rémi (constructeur d’une très intéressante réplique de bateau de Seine), Carlos, Jean-Luc, et à l’amure, à plus de 8m du barreur, Yves. Le très bon départ. Le bon placement dans la 1e moitié du chenal de l’Île mais, faute de faire assez de cap, la perte de pas mal de places dès le chenal de Piquey. La régate contre la Boïenne (gros lof bien lourd à notre encontre… était-ce bien nécessaire ? Ah, ces régatous…) et contre la Testerine (seule pinasse à porter sa voile entière) jusqu’à la sortie du Courbey. Mapoutchet avec quelques places gagnées, sauf en haut : rattrapage par Elvire. La 2e partie du chenal de l’île marquée par 2 gros touchers sur les parcs (Aïe ! la dérive…) très pénalisants pour notre place qui de pas fameuse devient alors… enfin. Mais nous ne serons pas derniers puis qu’il reste 3 ou 4 pinasses encore derrière. En tout cas, l’équipage envoie de beaux virements de bords et autres manoeuvres plutôt fluides et sous contrôle. Un vrai plaisir.

A noter : La régate était bien couverte par les reporters photographes passionnés du Bassin puisque sur une annexe, shootait Franck Perrogon, tandis que le survol de la régate par l’ULM rouge, affrété par Stéphane Scotto permet d’anticiper de bien belles photos aériennes à venir.

Mais sans plus attendre, allez sans faute feuilleter l’album de l’APTRA, compilé par l’infatigable Denis.

Alors voilà. pendant ce temps, la Légeotte passait la ligne en tête et ramenait ainsi le trophée fabriqué par Hubert, vétéran de la voile traditionnelle, premier président de l’Amicale des pinasseyres.

Première mondiale : après avoir fait le coup avec le bac à voile le plus rapide de tous les temps (Lo Courbageot – voir précédente Chronique) j’ai capturé la trace GPS d’une pinasse pour la goglemapsiser aussitôt.

D’ailleurs elle est là :

Par contre c’est un peu déconner parce que mon vieux Garmin, je ne sais pas s’il est aussi étanche qu’en ses jeunes années et des paquets de mer, dimanche, il en a reçu quelques !