Coup double à Arcachon et 1ère vraie nave de la « ya pu d’saison »

Le samedi, c’était un peu de bénévolat pour gratter et peindre la pinasse à voile Capricieuse, au club nautique de Claouey. Puis un repas de pinasseyre en quelque cabane claoueyenne. Suivi d’un acquis de conscience sur la Méhari : porter la roue à rechambrer, contrôler les lumières et se rendre compte que toutes celles de l’avant sont à remplacer de fond en comble (optique et gamelle comprises). Après seulement il sera temps de voir s’il y a d’autres raisons pour le non-fonctionnement généralisé. Et voilà la fin de journée. Il reste 1h de montant. Bruine assez conséquente. Vent ouest 15 à 20 nds.

À l'ancre pour la nuit au Mimbeau. Météo pour demain pourrie mais ça me va : meilleure pour la voile que pour le transport de bois volé. Au Ferret : embarquer sur l’Iboga.

Aller au moteur 500 m plus au sud, planter l’ancre dans la Lugue du Mimbeau en face de chez Boulan. Dîner chaud à bord. Installation pour la nuit. Nuit.

Dimanche, 07:50. C’est la PM. Installer le bateau plus au milieu de l’estey, à côté du Chiu’le Bent, pour profiter d’une petite heure de tranquilité avant d’affronter les conditions dans le bassin : 20 nds de vent, ouest, crachin, visibilité 1/2 mile. Armement de l’Iboga pour gros temps : GV sous 1 ris et Foc n°1 à l’avant. Départ sous voile. En sortant, on croise le Tante Sophie qui se prépare pour une manifestation de reconstitution historique sur laquelle j’aurais beaucoup à dire mais pas ici. Continue reading

Arguin – Mimbeau, une sortie classique

Jacques hisse la gévé de l'Iboga
Jacques hisse la gévé de l’Iboga

C’est une journée d’été 2008 normale : on croit qu’il va pleuvoir toute la journée et puis non, il finit par faire beau dans l’après-midi.

Là, ça a commencé par un projet : embarquer Jacques et Pierre-Antoine sur l’Iboga pour une virée à Arguin.

Comme la marée baisse, j’ai dû déhaler l’Iboga vers des eaux plus profondes (le moteur n’a pas démarré, mais de ma faute : exceptionnellement, j’avais ôté le machin de sécurité, le tortillon rouge… bah…) Après un petit déjeuner à bord, descente à terre d’un coup d’annexe. Rejoins Jacques au marché pour avitailler la soirée Blog on the Beach prévue ce samedi. Puis 2e petit déj’ à la villa de Jacques et, vers midi, enfin nous embarquons.

Il n’y a pas un pet de vent. C’est pas faute d’essayer, à un moment, mais pas longtemps. La marée baisse, Yamaha tourne rond et nous pousse jusqu’à Arguin.

Nous sommes bien couverts : coupe vent, pulls, Kways… pour la promenade jusqu’à la passe nord. C’est au retour que le temps est devenu baignable. Alors baignade. Copieux déjeuner à bord tandis que la mer monte et que le banc change de dessin. Sieste. Et, puisque le vent est arrivé et que l’après-midi est bien engagée, il faut y aller. Continue reading