Ferret – Arcachon A/R au moteur, bof bof.

Iboga au ponton, port d'ArcachonSamedi 9 octobre. 16:00. Temps nuageux mais doux. La marée monte depuis 3 heures. Coef. 109. Petit vent suroît. Embarquement solo pour Arcachon avec une course à faire suivie d’un projet de soirée en 2 temps.

Malgré toute ma bonne volonté pour naviguer à la voile, avec ce courant, emporté vers le nord, si j’insiste je vais rater l’embouchure du chenal du Teychan ! Alors j’affale le génois et lance le Yamaha qui poussera l’Iboga jusqu’au port d’Arcachon en traversant les champs de corps morts désertés (déjà !?)

Prise de ponton au port.

Dépôt de ma course : la nouvelle voile régate pour l’Optimist de ma championne de nièce, Camille. Papotage amicaux et familiaux au club de voile…

Soirées. Pas d’abus. Retour à la banette vers 2:00.

Dimanche matin. Pluie persistante. Vent nul. Opportunités de retour au mouillage soit à 11:00, soit à 16:30, compte tenu du marnage. Je ne me sens pas de passer la journée sous la pluie. Aussi, bottes, salopette et veste de quart capellés, route vers le Ferret. Moteur. Courant descendant, heureusement encore.

À 11:00 comme prévu, je suis au mouillage. Une demi heure d’attente, que la marée baisse assez pour aller à terre sans me mouiller et c’est la fin du WE de voile bateau.

Quand je vous disais : bof bof.