Toulinguet entre calme plat et saute moutons

La marée remonte dans l'estey, il est bientôt temps d'apareillerJeudi 6 : l’après midi de notre retour d’Arguin, 13:00 à 20:00, le retour du vent même plutôt fort, le vent !

Après avoir « exploré » la côte nord du Toulinguet, arrivée au moteur à l’échouage comme la dernière fois, dans l’estey qui termine de vider le banc, tandis que les autres sont soit au mouillage en pleine eau, soit beachés, mais de toutes façons secoués par le ressac et les vagues créées par le trafic dans la passe. Petite balade pour Hélène et Jacques qui ne sont pas encore venus sur ce banc, désherbage manuel de la ligne de flottaison et spatulage des quelques plaques de cracoys pour moi.

Casse croûte. Siestes et lecture le temps que la marée termine de baisser, puis remonte. Le sketch de toute une famille et quelques généreux bénévoles renflouant avec peine un Cap Camarat, pour ensuite le laisser dans le lit du courant tandis que son équipage repart déjeuner, et que la marée remonte !

Pour nous, un départ après tout le monde, un peu compliqué, avec le flot qui s’engouffre dans notre estey contre le vent, donc le bateau en travers… Où Jacques se rappelle spontanément de toujours tourner l’aussière d’ancre contre un taquet ou n’importe quel point fixe, pour avoir une chance de résister au tirage…

Et le retour sous 2 ris et petit foc, dans une belle piaule et une forte houle au droit de la passe nord. Le bateau gîte un peu (plus que d’habitude), comme ça sans répit jusqu’à la plage du phare ou nous attend le calme du mouillage.