Descente dans un bizarre suroît

Manou et fx sont sur un bateau.

Ils doivent ramener le bateau de Claouey au Ferret, tant qu’il y a de l’eau. La marée baisse. l’avantage, c’est que le courant porte. « L’inconvénient » c’est qu’au bout d’un moment, disons 3h de descendant, il n’y a plus assez d’eau au corps mort pour y amener le bateau.

Est-ce clair ?

Donc là, nous partons vers midi et demie.

De mémoire, une journée assez fraiche et nuageuse par rapport aux semaines quasi-caniculaires du mois de juillet.

Et 17 virements de bord plus tard (j’ai compté, vous pouvez vérifier) nous atterrissons au corps mort. Il est 15:13 très précisément (merci le GPS, toujours à l’heure).

Au mouillage après une descente de Claouey entièrement bout au vent.

A photo posted by François-Xavier Bodin (@fxbodin) on

Là, nous empruntons la Volvo V40 « du bonheur » pour retourner au nord par la route.