Prendre l’air de l’automne à Arguin

Ça commence par une session de kitesurf au Grand-Crohot avec l’ami @hiousi que j’ai détourné de ses devoirs. Super session dans la houle et les vagues. Vent sideshore N-NW avec heureusement un petit vecteur portant à la côte qui me sera bien utile pour pouvoir rentré tracté et ma planche un peu plus loin…

Le vent du nord, c’est plus la même chanson que le WE dernier à Biscarosse avec les 3 kids Meyer et Manou… Ce super vent de sud, à l’eau en shorty, même pas froid… Il faut commencer à s’habituer à l’hiver.

Retour au présent. Ensuite c’est une sorte de réunion de débriefing des Festivoiles 2012. Apéro en front d’estey à Claouey, puis dîner convivial. Cette énorme lune à l’est tandisque le ciel s’assombrit. Le retour sur les épisodes marquants de la saison de pinasses à voile. La date des Festivoiles 2013, la marée du soir, les fêtes de l’Herbe, la rentrée… combinaison impossible ? Sinon, le 25 août. À suivre.
Calé au près, bâbord amure.  Cap au 0. 15 nds de vent N-NW. 6-7 nds de vitesse-fond (avec le courant)
Pendant quoi l’Iboga se posait sur le sable. Façon de rendre son accès facile au piéton.
Mise en place du HB et du gouvernail, qui sont systématiquement mis à l’abris. Installation à bord vers minuit tandisqu’un feu d’artifice est tiré au Mimbeau, vers las 44. Un assez gros feu, puisque sur Twitter, les amis posés à Arguin en profitent ! Et c’est l’extinction des feux.
Et c’est le retour de l’eau, avec le vent du nord fort. peut être même 5 ou 6 beaux forts (Beaufort). Alors tape sur le sable l’Iboga. Et me réveille. Il doit être dans les 3h du mat. Et puis jusqu’à la PM de 6h, voire davantage, danse l’Iboga. Roule au mouillage… Beaucoup. peut-être de 30° de part et d’autre. Essayez de dormir sur une banquette qui veut vous éjecter. Et le boucan répétitif des choses qui s’entrechoquent… Grumph.

Mais bientôt il sera temps de quitter le mouillage tant qu’il reste de l’eau. Mettre la bouilloire sur le feu, armer et hisser la GV, quitter l’escoure du phare. Travers au chenal, un très fort courant. le temps d’établir le génois, voilà l’Iboga rendu au niveau des bancs du Moulleau.

Loffe, vire et retour vers le Ferret tribord amure. Le vent est N avec un peu de NE variable. Moins fort que dan la nuit, mais assez pour remonter le courant à condition de le prendre bien de face. En venant plus sur l’Est, le vent me permet d’établir le bateau au près serré face au chenal, et donc de prendre mon petit déj avec les 2 mains.

Voilà le soleil. vers bancot, empane et cap sur Arguin. Route habituelle en passant sur les bancs la main sur la drisse de dérive. c’est donc portant avec courant favorable? Du coup les voiles sont peu appuyées. Obligé de barrer et de régler en permanence.

Arguin. Pas trop de monde. C’est presque la BM. Il n’y a pas de passage pour entrer dans les conches. Une petite anse plus au sud avec déjà 4 bateaux. Ça ira. Ancre face au vent sans toucher la plage. Grosse promenade sur le sable. le banc est immense en cette marée de vives eaux.

La marée remonte, et avec elle, des bateaux à moteur + de la houle naturelle. Pas confort. j’ai eu ma dose de roulis cette marée ! Alors d’un coup de moteur, remonter jusqu’à la passe de la grande conche. Èchouer au milieu du passage mais ça sera parfait pour le casse-croûte à l’ancre.

Pendant ce temps la marée remonte bien, il n’est que 14:30, mais temps de repartir au Ferret. Sortie sous voile du banc. Premier bord de près vers le nord. Houlà ! Sévère le vent quand même. Allez, prise de ris (le grand écart sur la trace en direction de la dune). Puis le bateau étant plus géré, pique nord, choisir d’affronter les déferlantes du nord d’Arguin au niveau de la 11 verte, ça saute ! Rendu à la pointe, virer et en 2 bords, arriver à l’escoure du phare. Mais pas question de m’y engager à cette vitesse : affalage et rangement express du génois. Je finirai sous GV seule. Plage. Ancre. Je décline une aimable invitation du propriétaire de ce superbe Surprise biquille, voisin de l’Iboga. Je dois rentrer tôt à Bx. Débarquage des affaires et ramenage de l’Iboga au corps mort. Baignade pour en revenir. Brrr.

À noter pour la prochaine : remplacer le bidon d’eau douce et une bonbonne Camping Gaz.