Un quinzoute entre ciré et maillot de bain

Bac à voile en pleine régate
L’équipage du bac à voile Pdt-Pierre-mallet en pleine régate

Arrivé depuis jeudi soir au Ferret. Temps vraiment pas engageant. Nuit à bord et RV au quartier ostréicole à 08:00 avec Jean-Louis et Cracoy.

Bélisaire, annexe et embarquement sur « Zaza 1915 », le canot mixte vert amande tellement remarquable. Temps menaçant. Grain avec rafales, départ au lof, fargue sous l’eau : prise de 2 ris direct. Route au portant vers Arcachon. vent diminuant, relâchage des ris.

Au port, embarquement à bord du bac à voile Pdt-Pierre-Mallet avec le reste de l’équipage. Mouillage à l’ancre plage Thiers. Rencontre des équipages des différentes flottes traditionnelles. Puis embarquement pour le traditionnel défilé nautique1 avec son cortège de guerre de seaux d’eau et de carambolages dans le courant.

Cette année, les ostréiculteurs ont ancré leurs chalands en bas de la jetée Thiers et arborent d’explicites slogans et allusions ironiques à leur destin économique lié à la résistance de la souris de laboratoire à son prédateur, l’huître. Par quelle opportune circonstance, les parqueurs ont reçu le feu vert pour la commercialisation des huîtres ce 15 août. Du coup, leur vindicte est un peu retombée et ils se contentent d’un mutin arrosage de l’évèque et des élus à la lance à eau de mer, et d’une dégustation gratuite sur la plage. Que va devenir « l’affaire cellulose du pin – wharf de la Salie » ?

Bref. Après le défilé nautique, retour à la plage pour le banquet des équipages offert par les Arcachonnais. Paëlla géante sous les tamaris du boulevard-promenade. Le soleil s’est installé dans le ciel. C’est convivial et animé.

Marée haute à Arcachon
Marée haute à Arcachon

Sur la digestion, retour aux bacs pour la régate. Un parcours la majeure partie du temps au près face au courant qui verra aux prises le Pdt-Pierre-Mallet avec Umbria et Lo-Corbageau. A l’arrivée respectivement : 2e, 1er et 3e. C’était le jour de Bruno, avec son Umbria, enfin réglé, et un équipage presque exclusivement féminin.

A bord du Pdt-Pierre-Mallet, c’est le moment de la boutique : vareuses, casquettes, t-shirts millésimés, couteaux de gabier gravés… Bientôt en vente sur le site du bac prochainement en ligne.

Une remise des prix abrégée en ce qui nous concerne car il nous reste de la route à faire : retourner au port, ranger le bac, reprendre Zaza et rentrer au Ferret.
Le retour se fait face au vent mais avec le courant maintenant. Arrivée au soleil couchant à Bélisaire pour le plaisir des très peu nombreux touristes.

Un grand merci à Jean-Louis pour m’avoir permis de découvrir son bateau, très agréable à la barre et confortable et de m’avoir embarqué comme équipier sur le Pdt-Pierre-Mallet. Une excellente journée sur l’eau, entre ciré et maillots de bain.


  1. lire ma notice des Chroniques sur le quinze août