Mouillage à la Sableyre

Légende de la trace satellite

Embarquement à midi, le bateau flotte. La marée monte.
Préparer le bateau et surtout poser le boulon qui fait axes barre-gouvernail (qui avait pété devant Arcachon à la sortie précédente)
Expulsion dans le chenal, 20 nds de vent dans le dos, 1 ris dans la GV et le grand génois
Détours pour ne pas gêner la régate des Dragons
Longer Arcachon à ± 7 nds, le courant aidant.
Engager l’Iboga dans le chenal de Gujan, avant de nous raviser pour prendre le Courant, et chercher le « passage des Gujanais » pour rattraper le Teychan.
Longer les parcs au nord du Teychan, jusqu’au chenal de Branne.
Faire un détours pour gaffer une bouée fer à cheval qui traine dans l’eau ; cette prise de mer remplacera avantageusement ma vieille bouée ronde plus aux normes depuis les années 60 :).
Contourner la Sableyre de Comprian et planter l’ancre.
Il y a 3 bateaux sur 5 hectares : on est bien tranquille
Sauf bien sûr les vagues de face, levées par le vent, qui font danser le bateau.
Baignade ; le séchage va vite entre le vent et le soleil !
Le bon casse croûte du marché…
Mais il est déjà 16:00 et temps de repartir pour avoir une chance de trouver encore de l’eau au retour !
Changement de voile d’avant pour le foc.
Belle manœuvre d’ancre, Manou à la barre. Qu’elle garde jusque devant Arcachon.
Plein d’ailes de kite devant la Hume.
Le vent a encore forci et dépasse les 20 nds.
De serré le près passe bon plein.
Le retour d’une traite sur la même amure.
On croise des hordes de bateaux à moteur pressés de rentrer pour téléfoute…
Et l’entrée sous voile dans l’escoure du phare, avec encore bien assez d’eau pour aller à la bouée.
Super marée ! Super équipière !
Quelle chance de pouvoir passer des journées comme ça…

Le rack à annexes et plus loin, l'Iboga

Le rack à annexes et plus loin, l’Iboga