Clé de somme

Ce dimanche au ciel variable et au vent d’ouest 12-15nds.
Le bateau ne flotte pas encore à 12:30 quand nous embarquons Manou et moi.
Le temps de le préparer pour la navigation et enrichir notre super casse croûte d’une discussion sur une passionnante perspective pour les SocialClubs : la mindful-dégustation (de vin). Actualité Vinexpo oblige !

Vers 14:15, la bateau flotte depuis un moment. Il est temps de faire voiles. La marée monte donc. Suivons le flot. Bouée 14. Croisement d’une flotte en régate. Sud Grand banc. Croiser Edgard le veinard (il a eu son Jouët 680 pour l’€ symbolique !) maladroit (démâtage après quelques sorties – il y a une justice ;) mais là il remplacé son mât apparement. À ce moment, mon équipière dort déjà sur la banquette au fond…

Afrique (pas évident de trouver l’entrée à marée haute, tant qu’on n’a pas l’étrave engagée), Pelourdey, les cabanes tchanquées (vidéo sur Instagram), Mapoutchet jusqu’à la pointe du Congre.

Chenal de l’île en quelques bords larges bâbord amure avec le jus, courts sur tribord amure.

Couper à travers Graouères. Et puis tant qu’on y est à travers la grande matte au large des Jacquets et du Four, jusqu’à l’estey de Madone.

Mon équipière m’a rejoint pour la suite de la navigation.

Descendre l’estey, embouquer le chenal de Lège ; la marée n’est pas encore renversée. Chenal d’Arès au près. Puis la grande descente de plus en plus débridée, pour finir à raser Bélisaire (qu’est ce que c’est que cette « navette » du futur d’énorme catamaran bleu à moteur ?), les parcs de l’escoure de Boc et retourner prendre le mouillage 3C07 sous voile.

Avec un peu d’imagination, la trace, vous ne trouvez pas qu’elle fait un peu clé de sol ?
Non ?
Bon, je remets le titre de mon billet dans mon bonnet de laine… de toutes façons, je n’ai jamais réussi à dessiner la clé de sol ;)