Transit hivernal

En route pour la cale de ClaoueyVoilà, le bateau est au sec, sur ses bers, chez Eric à Lège. Je vous épargne la photo du bateau sur bers (voir les précédentes saisons…).

Le RV à 16:00, pout la PM, avec mon souriant et disponible prestataire. Mais d’abord, avec une demi heure d’avance, retrouver le bateau à Bertic. Il flotte dans 30 cm d’eau. L’épreuve, pour mon équipière, Emmanuelle, et moi : quitter les bottes et remonter les jeans pour gagner le bord dans l’eau glacée.

Installer le moteur et le gouvernail. Retrouver la routine, après 3 mois presque sans pratique. Le moteur démarre.

Il bruine. Pas de belle lumière. Mais le plaisir de mener le bateau autour de la dune des journalistes, saluer le parqueur sur son chaland qui récupère son annexe fugueuse, pousser jusqu’à Pi-Claouey avant de revenir vers la cale en longeant l’estey de Madone.

À la cale, la remorque est en place. Alignement, approche, un peu de vitesse pour bien monter sur les chandelles. Trop de vitesse. Alignement faux. L’étrave dans un coin métallique. Accroc :-(

Mais le bateau est chargé.
RV à Lège. Placement des bers, préparés plus tôt dans l’après midi.
Bientôt calé dans la prairie
Calage et voilà. Le bateau en position statique pour plusieurs semaines.

Ainsi s’achève la saison #16 de l’Iboga sous mon commandement.

RV vers mars, je pense. Le chantier de l’année, outre le carénage (et la réparation de ce %#$`£\ d’accroc) c’est la dépose de tous les éléments sur le pont, cadènes et pied de mat compris, tout l’accastillage… pour le reposer sur un lit de sika neuf, histoire de réétancher le pont.

Ah, et puis ce samedi, le matin, c’était l’adishatz à Michel Lescaret :-(