Projet génois – Bordeaux Voiles : les décisions

Après avoir fourni les cotes au maître voilier de Bordeaux Voiles, celui-ci m’invite à la voilerie pour prendre 2 grandes décisions.

Forme et dimensions

Dessiner une voile conforme à la jauge HNLe logiciel de calcul maison, développé sur la base des modèles de Thierry, le maître voilier, a permis de dessiner la voile en fonction des cotes fournies.

En fait, le dessin du génois est moins grand que ce qu’il pourrait être. Pourquoi ne pas optimiser, venir un peu plus sur l’arrière, augmenter le recouvrement ?

Pour respecter la jauge m’explique Thierry.

Ah ? Il y a une jauge ?

C’est vrai, Cupidon, ainsi que s’appelait mon bateau avant d’être mon bateau, sous n° de voiles F7682, avait obtenu un rating à la jauge IOR MARK III, de 16.0 pieds.

Mais aujourd’hui, c’est autre chose. Documents à l’appuis :

guide de jauge HN

site web de la FFV

– fiche technique d’origine du Jouët 680

Le génois doit respecter les dimensions max. suivantes :

– guindant : 740 cm

– longueur perpendiculaire au guindant : 352 cm

Pour une surface de +/- 13 m2

Après avoir pesé les avantages et les inconvénients de nous soumettre à la jauge — essentiellement, se mettre en situation d’être déclassé en régate, en cas de réclamation — j’en prends le parti. Espérons ne pas le regretter dans les prochaines rencontres…

Tissus

Pour le tissus, mon cahier des charges prévoyait de ne pas être très soigneux : roulage de la voile sans ménagement, en particulier. En outre, assez sobre au naturel, je souhaite une voile qui dure, et non pas qui doive être remplacée après quelques saisons, ou défoncée, ou délaminée. Enfin, assez bagarreur, je ne réduis pas vite : quand j’ai l’équipage qu’il faut pour garder le bateau à plat et manœuvrer vite et bien, je garde volontiers le génois un peu plus que la moyenne quand le vent monte.

P1080389 C’est pourquoi, tout d’abord, notre choix s’était porté sur un Dacron. Quant au grammage, je partais sur du 250 g/m2 plutôt que du 200 g/m2, plus léger mais plus susceptible de déformations.

Et puis Thierry se met à réfléchir « comme pour lui », et me montre tous les avantages d’un autre tissus de chez Dimension Polyant : Hydra Net.

A part qu’il coûte 70 % plus cher au m2, ce matériau est superbe. (La fiche produit de l’Hydra Net)

C’est un tissage de polyester particulièrement serré, renforcé par un maillage de Spectra/Dyneema. Les avantages des voiles de régate — tenue du profil dans l’effort et dans le temps — avec les qualités d’une voile de croisière — résistance à la déchirure, longévité, souplesse, tolérance au pliage. Et il permet de gagner en grammage : du 200 au lieu de 250.

C’est décidé : mon génois sera donc taillé dans le l’Hydra Net.

Ensuite : on attend la livraison du tissus.

À suivre…