Avel Nevez II, un Jouët 680 à Saint-Briac (Ille-et-Vilaine)

De très mauvaises nouvelles pour Avel Nevez, ce mois d’octobre 2011 :-(

Bernard Collonges et L. Duguin sont les heureux copropriétaires du Jouët 680 Avel Nevez II (ça doit vouloir dire quelque chose en breton, peut-être nous éclaireront-ils…)

Le bateau, sorti du chantier en 1979, porte le numéro de série 48. Acheté en juin 1991, il s’est appelé auparavant : Ar Bach, Libertad puis Sam Suphy 3.

Son port d’attache précédent était Saint Jacques, près de Sarzeau, presqu’ile de Rhuys, Morbihan.

Maintenant, il est à l’eau l’été à Saint-Briac, Ille-et-Vilaine.

Il a navigué de Chaussey à Bréhat, maintenant des circuits plus petits : Chaussey, la Rance, Cap Fréhel…

Témoignage :

Pour naviguer dans cette région à fort coefficient de marée, où de très nombreux rochers émergent, avec des zone de mouillage d’échouage, un dériveur ayant peu de tirant d’eau est pratique.

Ce type de voilier se trouvait dans le voisinage de notre voilier précédent.

Suite à l’incendie du chantier naval, nous avons changé de safran. Le nouveau en bois, trop court de longueur, ne donnait pas satisfaction : le voilier partait au lof. Un nouveau safran en tôle galvanisée assez long, avec des joues en bois, est très moyen. Je ne connaissais pas votre site à l’époque et n’avais aucun plan du bateau, ni aucune dimensions du safran. C’est un point qui peut être très amélioré.

Merci, Bernard pour avoir soumis Avel Nevez au recensement, devenant le 170e Jouët 680 de notre liste.

  • Bien. A quand une carte google maps des 170 Jouët recensés? Ca ferait bien sur le site…

  • Lemoine

    Un nouveau recensé en Bretagne. Un peu de vent nouveau va nous faire du bien!

    Bonne idée, cette carte de recensement.

    Bons préparatifs.

  • Petite rectification : il ne s’agit pas de Chaussey mais de l’archipel des Iles Chausey au large de Granville (50). Ces iles sont un des des plus beaux endroits au monde pour naviguer, que je compare souvent au Bassin d’Arcachon que je connais désormais bien…

    Tout comme l’Ile de Bréhat où j’ai sévit au club de voile en dériveur mais également en croiseur lors de mes navigations dans cette zone.

    A l’époque notre Toutatis, un Dufour 2800, était basé eu Hérel à Granville et notre ère de jeu se composait de Chausey, Jersey, Guernesey, St Malo, Cancale, le Fréhel, la Rance, la rivière de Tréguier, etc.

    Que de beaux endroits, de bons souvenirs, qu’Avel Nevez II vient de me faire revivre en quelques instants. Merci et bonne navigation !

  • Bonjour,

    Pour la géoloc, je viens de (re)découvrir un servive facilitant grandement la création d’une carte de ce type: googler click2map … je vais peut être migrer mes sun2k via ce service.

    Ca résoudra notamment la densité des 680 du Bassin sur la planisphère…

    A approfondir.

    Bonne journée

  • @estouki: il y a aussi les très pratiques « gadgets » de Google documents ; tu peux afficher une carte d’éléments que tu gère dans une feuille de calcul.

    Tout est expliqué là :

    http://docs.google.com/support/bin/answer.py?hl=fr&answer=91601

  • Sébastien

    Bonjour , je suis du cap d Agde et je navigue sur Eliza un jouet 680 quillard.

    J envisage sérieusement de faire le tour de la méditerranée avec reportage video/photo.

    Auriez vous des conseils pour préparer ou renforcer le bateau ???

    J ai entendu parler de stratification des fonds ??

    Avez vous déja pris une  » branlée  » en jouet 680??

    Merci d’ avance

    Sébastien

  • @Sébastien

    Pour mon compte, je pense que la structure de notre bateau lui permet d’affronter toute situation sans casse. 3 points de faiblesses, à mon avis, néanmoins :

    – le gouvernail : à consolider en cas de grande croisière, plus peut-être avoir à bord une lame de safran de secours (quitte à ce qu’elle soit plus courte/étroite, pour ne pas trop encombrer)

    – le haubanage : il fait tenir le mât, no comment.

    – les conséquences d’une, 2 ou 3 vagues dans le cockpit : s’astreindre à la discipline de naviguer avec les portes fixées en place, les jours de « gros », et un seau à portée de main pour écoper parce que ça m’étonnerait que les 2 petits trous ils évacuent assez vite.

    Je n’ai jamais pris de branlée en Jouët 680, sauf naviguer par 40 nds de vent, mais dans le bassin d’arcachon, sur eau plate et pas plus d’une heure. Mon expérience du bateau avec beaucoup de vent : au près, 2 ris (pourquoi pas prévoir une 3e bande ?) et foc n°1 (il faudrait un foc plus petit > tourmentin), pas de gros problème de tenue. Encore une fois, sur mer plate. Au portant par fort vent, bateau très pénible, forte tendance au lof, très insécurisant (et force sur le gouvernail) ; dans ces conditions, amener et ferler la GV et laisser la voile d’avant tirer et le bateau redevient docile et sécurisant. Expérience en DI, pas en quillard : peut être différent.

    Voilà ce que je pouvais en dire.

    J’espère des témoignages d’autres jouëtistes qui sont allés dans la vraie mer.

  • theiller gédéon

    J’ai signalé ce jour à notre jeune accastilleur breton l’existence de ce Jouët voué à la casse. Il est sûr qu’il faudrait pouvoir récupérer les pièces mentionnées, mais c’est bien loin !

    Gédéon