Maîtrise d'ouvrage Web : pour ou contre communiquer son budget ?

Dans son billet humoristiquement titré « Pas de budget ? Pas de site !« , Frédéric de Villamil fustige les prospects qui refusent de donner le budget de la prestation pour laquelle ils demandent un devis. Les agences web low cost et les « petits neveux de 15 ans » qui tirent les prix vers le bas font autant de torts au marché qu’à leurs clients. Le prix ne devrait pas être le seul critère de sélection de son prestataire.

Mon expérience m’a montré que cela n’est pas la même chose que
1. un projet sans budget et
2. un projet dont le MOA souhaite ne pas communiquer sur son estimation.

Dans le 1er cas, je suis d’accord avec les commentaires sur le neveu-de-15-ans / stagiaire / indép.-casseur-de-prix / low cost… et comment ça pourrit le marché.

Dans le 2d cas, à mon sens, ne pas communiquer sur le budget est une option parfaitement valable pour le prospect, dans la mesure où cela oblige les prestataires à poser les questions de fond avant de se lâcher sur une « solution » :
– contexte du projet,
– enjeux pour la MOA,
– vision stratégique,
– objectifs,
– indicateurs de résultats,
– périmètre fonctionnel minimum / possible / optimum…
– contraintes et opportunités d’organisation de la conduite de projet,
– etc.

C’est précisément en prenant correctement la mesure de ces paramètres du projet, et en aidant si nécessaire le client à en prendre conscience, que le prestataire fait la différence. Le reste de la propale, c’est de la technique. Tout le monde est à égalité.

C’est sûr, ça fait des études avant-vente plus chères. Mais de qualité.

Par contre, si le devis atomise le budget du client, alors c’est probablement un mauvais marché. Et… éviter un mauvais marché, c’est aussi gagner de l’argent.

Non ?

Ce contenu a été publié dans e-business, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.