[témoignage] Premiers pas chez la néobanque Shine

Quand j’ai créé BX France SARL, en 2004, j’avais fait le choix d’une banque simple, aux services simples mais peu couteux pour les entreprises : la banque postale. Ce que j’ai toujours apprécié à la banque postale, c’était la proximité et le nombre de bureaux (de Poste) et la possibilité de déposer des chèques dans n’importe quelle boîte à lettres grâce aux enveloppes T fournies gratuitement à la demande. Ce que j’ai progressivement de moins en moins supporté ce sont les empillements de frais — « commissions de mouvement » et « frais de tenue de compte » surtout — qui rendent un compte peu actif finalement coûteux. Autre défaut qui est devenu irritant : le prix demandé pour avoir la banque en ligne. Ce qui devrait être un service de base est encore facturé par cette « banque » plus de 150€ par an !

De belles promesses sur internet pour une pseudo banque pour PME : la banque postale

Mais je ne doutais pas que le compte de ma société soit dans une vraie banque.
Jusqu’à ce que, COVID-19 aidant, j’aie besoin de tréso pour passer la crise sanitaire. Je ne suis pas le seule je crois. Et bien la réponse de mon « conseiller » banque postale a été très claire :

Comme je vous l’ai expliqué précédemment le prêt de trésorerie ne fait pas partie jusqu’à présent de la politique d’octroi de la banque postale.
Je déplore les effets d’annonce alors que les mécanismes ne sont pas encore en place.
Nous sommes toujours dans l’attente de notre offre de soutien aux entreprises après parution des décrets puisque LBP est bien évidemment engagée pour soutenir ses clients.
Comme je vous l’ai exprimé précédemment, je reviendrai vers vous dès que j’aurai une information fiable.
Cependant, le prêt de trésorerie, quel que soit le dispositif sera soumis aux règles d’octroi classique d’étude de risque.

Même les prêts garantis par l’état : pas possible pour ma boîte (fonds propres pas jojo, activité en dents de scie…) Une banque pour PME, vous dites ?

Alors trop étant trop, j’ai cherché par qui remplacer remplacer cette « banque » postale. On trouve beaucoup d’offres innovantes et peu coûteuses pour les professionnels, indépendants, libéraux, auto-entrepreneurs… mais guère pour les petites sociétés (SARL, EURL, SAS).

J’ai donc ouvert un compte pour BX France chez Shine.

Revue de quelques semaines de fonctionnement

Pour des besoins simples de paiements par CB et IBAN et d’encaissements (de préférence pas par chèques), Shine a l’air de faire le job. J’ai de très petits besoins : une quarantaine de factures émises et quelques centaines d’achats sur l’année.

Pourtant, ça a mal commencé : j’ai eu un souci pour prendre un abonnement chez Sosh qui m’a demandé l’équivalent de 18 mois d’abonnement de caution (!!!) au motif que mon compte Shine était « un compte prépayé ». Le support Shine n’a pas su / pu m’aider et j’ai dû recommencer mon abonnement avec un vrai compte (LCL) avec une carte de crédit (Visa Premier).

Une néobanque qui n’en n’est pas tout à fait une : Shine

Ah, oui : chez Shine, la carte du forfait Basic est une carte prépayée, pas toujours acceptée par des marchands ou e-marchands. La carte du forfait Premium est une carte de débit. Je n’ai pas vu de carte de crédit (type Visa Premier).

Autrement j’apprécie de recevoir les avis d’opérations instantanément, comme chez N26 (dommage que N26 ne prenne pas les sociétés…)

L’app mobile est pratique. Cependant j’ai expérimenté plusieurs jours durant des délais de lancement de plus de 5 minutes après identification… Bug ? Qualité de mon réseau ? (j’étais dans les Landes.) J’ai communiqué avec le Support (délai de réaction de plus de 24h, mais sympa et engagé). Ce souci a disparu et l’app est aussi réactive que ce que l’on attend…

Je n’ai pas l’usage des services de facture et comptes clients, donc rien à dire dessus.

Un regret encore : que l’accès Web ne soit pas équivalent à l’accès mobile. En effet il manque la plupart des fonctionnalités. Pas pratique pour moi qui suis plus à mon aise sur un clavier de macbook que sur celui de mon smartphone (OK, boomer…)

Sous le capot

Alors Shine n’est pas vraiment une banque non plus, mais différemment.

Extrait de la FAQ :

Shine est un agent prestataire de service de paiement, régulé par l’ACPR (Banque de France), et enregistré sous le numéro 828 701 557. Cela permet à Shine de vous offrir tous les outils nécessaires à la gestion de votre compte professionnel : carte Mastercard, compte courant avec IBAN français, encaissement de chèques, retraits aux distributeurs. Pour garantir la sécurité des fonds, Shine travaille en partenariat avec des banques traditionnelles, qui bénéficient du Fonds de Garantie des Dépôts, jusqu’à 100 000€. À la différence d’un compte dans une banque traditionnelle, un compte Shine ne peut pas être à découvert, et il n’est pas possible d’encaisser de l’argent liquide.

En effet, comme on le lit sur le RIB : « Domiciliation TREEZOR (92641) », Shine est une marque, opérée par Treezor, qui est une « plateforme de core-banking » en marque blanche. Treezor est un « établissement de monnaie électronique avec services de paiement agréé par l’ACPR », membre du réseau Mastercard et raccordé au réseau SEPA. D’ailleurs, Treezor est aussi sous Qonto, l’autre « néobanque des entreprises et des indépendants » souvent citée.

C’est pourquoi aussi Shine n’a pas la moindre offre de crédit. Donc dans une situation comme au mois de mars (2020), pour obtenir un PGE, il ne faut pas compter sur eux ; mieux vaut avoir une vraie banque à côté. Mais si (quand) la vraie banque a (enfin) une app mobile potable et temps réel, ou qu’une banque en ligne solide comme Boursorama banque ouvre des comptes aux sociétés pour un tarif raisonnable, du coup je en verrais plus trop l’intérêt de Shine…

En attendant, pour moins de 8€ par mois en basic ou 15€ en Premium, comme je disais plus haut : Shine fait le job pour pas cher.

Ce contenu a été publié dans e-business. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.