Turbulences dans la Social Webosphère : Google + ouvre ses Pages aux entreprises – le cas « fxbodin »

À peine annoncée par Google (Google+ Pages: connect with all the things you care about) la disponibilité des Pages Google + corporate que voilà, maintenant je me retrouve à gérer 2 blogs, 2 pages et 1 profil Facebook, 2 comptes Google + perso et 2 pages Google +, sans compter Twitter, Tumblr, Flickr, Instagram et autres Posterous.

C’est abusé, yo !

Pas faux, autrement dit : ça sent la confusion, l’hésitation, la dispersion ou pire, la duplication répétitive robotisée. Rien de bon, quoi. Une mise au point s’impose.

Considérons qu’il y a plusieurs « identités » sous cet écheveau de e-présences sociales.

Il y a d’abord, pardon de commencer par moi, François-Xavier Bodin, l’individu, et puis le même, professionnel du conseil en stratégie digitale etc. (celui-ci aime bien expérimenter les plaisirs de la connexion sociale, ce qui le conduit à créer toutes sortes de comptes, plus ou moins pérennes, pour voir comment ça marche) ; vous rencontrerez aussi le gérant et consultant associé chez BXF Conseil, et enfin (je simplifie, on est bien d’accord ?) le blogueur passionné de voile, de bassin d’arcachon et de son Jouët 680 Iboga.

Une petite cartographie analytique :

Sur Twitter, @fxbodin, depuis 2007, mon canal privilégié sans trop de bornes, mais non sans ligne éditoriale implicite. Jusqu’il y a peu robotiquement versée sur mon profil perso Facebook. Et, dans la sphère Twitter, cette addictive habitude qu’est devenu Instagram.

Mon profil perso Facebook, auquel je ne confie aucune production originale, réservant à cette présence la fonction de contact social, à base de Like et de commentaires.

Mon vieux (en ligne depuis 1999, 6e version actuellement) blog Chronique de l’Iboga, siège patient de mes expériences techniques (WordPress) et sociales dans la blogosphère ; qui m’a en outre / surtout apporté de fameuses rencontres humaines, je veux dire des amis (≠ de « Friends »).

Depuis une semaine et à la suite d’un prototype « Application » bientôt fermé, une Page Facebook « 3C07 : Chroniques de l’iboga » agrippée par l’API au blog des Chroniques.

Pour tous les autres sujets — tout sauf la voile — c’est à dire : thèmes professionnels, histoire et histoires du pays de Buch et de ma famille, et même un peu de politique, une autre blog : mon e-Moleskine. Primitivement, il supportait aussi mon CV et mes références professionnelles (ah, oui : qui sont désormais entièrement délégués à LinkedIn).

Enfin ou presque, pour ma structure BXF Conseil :
– un « site web« , à vrai dire une présence par une carte de visite en ligne ;
– une Page/Place Facebook ;
– un compte Google Apps auquel j’ai accroché dès que j’ai pu (très récemment donc) un compte Google + individuel ;
– et finalement depuis ce soir, une Page Google + !
Les semaines qui viennent me permettront d’envisager comment articuler harmonieusement les différents outils de communication et de conversation, voire de collaboration dont je dispose pour les besoins de ma boîte…

Il reste enfin (j’ai dit que je simplifiais), mon compte Google + perso (ah, oui, attaché à mon Gmail de base), et la Page Google + que je n’ai pas su m’interdire de créer pour les Chroniques, qui me servira comme l’a fait le blog, de bac à sable pour tester, envisager, et valider des usages en bénéficiant de ce grand avantage que procure la combinaison de la passion et du jeu avec les outils numériques…

Une grosse actualisation depuis la dernière fois que je m’étais affronté à l’exercice de cartographier mes comptes, en… 2007. 4 ans déjà ?

J’aurais aimé faire aussi concis et carré (4 côtés) que l’agence Webreport, mais malgré mes simplifications, je n’ai pas réussi à faire court…

Ce contenu a été publié dans e-business, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.