Le nouveau gel à raser de Wilkinson

Très intéressant : ce concept-gel passera-t-il la rampe ou bien sera-t-il victime de la sélection naturelle des produits de grande consommation ?

Une chose est sûre, parce que tout le monde le dit : pour gagner des parts de marché et de la compétatitivité et de la marge, il faut innover, avoir en portefeuille un max de produits en début de cycle de vie. C’est classique.

Une autre chose est sûre, et il suffit de regarder les pavés (oui, un gros tas de pages) de pubs autours du 20H de TF1 pour s’en convaincre, le Marché déteste les surprises, les nouveautés vraies, bref, les innovations. D’ailleurs, la plupart des innovations ne survivent pas à l’ascension de leur cycle de vie qui reste désespérément plat jusqu’à l’euthanasie.

C’est pourquoi, moi qui déplore quotidiennement la disparition prématurée du gel de rasage moussant en petit conditionnement d’une grande marque de rasoirs à 3 ou 4 lames (je n’arrive pas à suivre) ; moi qui ai été forcé par la disparition de ce conditionnement très pratique et économique à encombrer ma tablette de toilette et mon sac de voyage avec un distributeur du même gel, mais en grosse bombe sous pression et, toujours baveux quoiqu’on fasse… Bon j’en suis venu à bout et me voilà devant le rayon des mousses à raser en aérosol, cherchant si d’aventure, « mon » gel pas sous pression n’avait pas été réhabilité. Hélas, non. Mais, que vois-je ?! Un NOUVEAU gel à raser, dans un simple tube transparent… Un peu gros pour le sac de voyage, mais au moins sans pression… C’est la marque au sabre qui le propose. Je ne suis pas raciste. Je l’essaie malgré son prix dans le haut de gamme.

Premier contact : le capuchon basculant est un peu dur, mais il devrait se faire. Bonne impression de frais sur les doigts. Odeur très fraîche et agréable. Partage de la noix de gel en deux, dépôt sur la joue gauche, puis droite. Massage… Mais ?…Qu’est-ce qu’il a ce gel ? IL NE MOUSSE PAS !!! Tiens ? Comme c’est bizarre… Je me dis qu’à ce stade, c’est là que le produit existera ou pas. J’ai tout le tube pour m’y faire. C’est vraiment curieux : objectivement, le gel est efficace, la glisse est parfaite (les 3 ou 4 lames y sont pour quelque chose), rien à redire. Sauf que je en suis pas habitué à « voir » le travail du rasoir : les poils qui restent sont en général sous une mousse, c’est la mousse qu’on rase. Ici, on voit parfaitement les poils à abattre et les zones défrichées. C’en est presque dérangeant. Enfin, j’ai tout le tube pour m’y faire.

Oui, mais supposons que je m’attache à ce gel, que je m’y accoutume et, au contraire, que le Marché le rejette. Alors ils vont encore lui faire la peau, et ma quête du gel parfait (le Saint-Greel) sans fin ne recommence… Alors que faire ?

Il ne faudrait pas s’attacher aux nouveaux produits : on ne sait pas s’ils sont viables. Quand je vous disais que ce serait un article important…

Ce contenu a été publié dans e-business, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.