J’ai remisé mon vieux R520M Ericsson

Voilà, après plus de 3 années d’assez bons et loyaux services, j’ai dû ranger mon Ericsson R520M « copper » dans sa boîte. Pas qu’il ne marchait plus. Non. Juste qu’il présentait des signes de sénilité comme extinction intempestive, pertes de réseau… et toujours cette agaçante lenteur de l’interface !

Et puis, pour être honnête, voici plusieurs mois que j’avais remarqué son successeur…

Malgré tout, le R520M et moi ca a été une belle collaboration et je dois dire que pour un appareil au look aussi… rare, il offrait bien des services haut de gamme tels, dit avec l’emphase qui caractérise l’objectivité des sites d' »avis des consommateurs » :

Le R520 de Ericsson est un téléphone doté d’une superbe allure qui engendre une ambiance de vitesse, de puissance et de précision. Intégrant le GPRS, il facilite la transmission à grande vitesse des données en assurant votre connexion permanente aux services de l’Internet mobile. La fonction « High Speed Data » figure parmi les options pour une transmission rapide des données, Bluetooth la technologie sans fil pour une connectivité sans fil intégrale et le WAP 1.2.1 pour les transactions e-commerce en toute sécurité. Sa fonctionnalité e-mail de pointe et ses capacités PIM sont encore améliorées grâce à la synchronisation automatique vers un PC via l’Internet, Bluetooth et la technologie infrarouge.

Je confirme : très pratiques le support de icalendar et et de vcard avec 5 n° par contact, la synchronisation par bluetooth avec iSync d’Apple OSX, son dictaphone qui me servait souvent de bloc note « sans les mains »…

Et puis, je reviens sur le look, bien sûr il était (beaucoup) plus grand que la plupart de ses contemporains. Bien sûr cette couleur cuivrâtre qui le faisait ressembler à un GPS portable… Par contre, la coque en titane et composites ultra solide, hein ? et l’épaisseur ultraslim que tous les ricaneurs en perdaient la voix, hein ?

Connaissez-vous beaucoup de monde qui ait possédé cette merveille de la technologie suédoise pré-Sony (le Sony-Ericsson T68i qui suivra possède le même soft) ? Pas étonnant : à ma connaissance, il n’avait jamais été mis au catalogue par les opérateurs.

Je ne suis vraiment pas accro aux gadgets. Je tenais, à ce moment-là (2003), à trouver un modèle qui ne fasse ni photo, ni sonneries débiles, mais par contre avec une sensibilité de la mort, un carnet d’adresses étendu, une autonomie excellente et une bonne connectivité. Un téléphone mobile, quoi. J’avais alors pris l’avis uniforme et sans détour d’une secte dévolue aux R520M sur Usenet. Son avis avait été unanime : il fallait adopter cet appareil d’avenir ! Je les en remercie : je n’ai pas été déçu.

Convaincu, je l’avais acheté par correspondance sur un site anglais aujourd’hui disparu (c’est la e-vie…) la somme ridicule de 69 £ TTC tandis qu’il frisait les 150€ chez goud’dil et expansys.

Une qui a tiré une tronche de 2m, c’est ma grande fille : pas question que je montre « ça » devant ses copines, sauf à accompagner l’exhibition de sarcasmes préventifs… Mais c’est le passé.

Le présent, c’est un Sony Ericsson K750i avec 250Mo sur la memory-stick.

Quoi ?! un téléphone-photo-jukebox-java ???! Ben… oui. Je vous expliquerai si ça vous intéresse, mais ça m’étonnerait.

Liens :

La fiche du R520M (épuisé) sur Expansys

La revue de détail du K750i sur Mobile-review

Le newsgroup fr.reseaux.telecoms.mobiles

Ce contenu a été publié dans Histoires, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.