Le Web post social, ou POSO, de George Colony

George Colony, CEO de Forrester Research (cabinet d’études souvent cité sur ce blog), intervenait jeudi 8 décembre sur la grande scène de LeWeb. Son propos en 3 grandes lignes, ses « Social Thunderstorms » : 1°, le web est mort, il redevient un internet des applications (le « re- » est de moi ; nous reviendrons sur ce passionnant et fertile postulat), 2° le web social est saturé, objet de la présente note, et 3° la grande opportunité créée par la diffusion du social web dans les entreprises, mais cela, notre camarade Bertrand Duperrin nous en parle depuis, oh… 2005, Bertrand ?

Ainsi, pour George Colony, les prochains services en ligne seront « postsociaux » ou « POSO ».

Pourquoi ? A cause de la saturation sociale.

Saturation du temps disponible : aux USA, les utilisations du web « social » dépassent ou atteignent les fonctions essentielles comme s’occuper des enfants, faire les courses, écrire ou téléphoner… Comment trouver plus de temps ?

De plus, dans le monde entier le taux de pénétration du web social frise la saturation. Manque de temps, manque de gens : il n’y a plus de place pour de nouveaux services, de nouvelles applications sociales.

A moins que celles-ci permettent de gagner du temps, soient plus faciles à utiliser, plus efficaces, et apportent une plus grande valeur d’usage.

Ces applications, George Colony les appelle Post Sociales, ou POSO. Surveillez les services POSO, ce sont les services d’avenir.

Pour visionner son propos sur le POSO, sauter à 00:15:06

Ce contenu a été publié dans e-business, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.