Le "blocage" (piquets de grève) déshonore ceux qui l'instrumentent

Le « blocage » des facs. Blocage : quasi-euphémisme, version inculte du « piquet de grève », consiste à empêcher par la force ceux qui le souhaiteraient d’accéder à un (leur) lieu de travail : entreprise, université, service…

Comme toute instrumentation politique de la violence faite aux personnes et aux biens, cette technique de manipulation du rapport de force est anti-républicaine. Elle manifeste l’évidence de l’illégitimité du mouvement : pourquoi faudrait-il « bloquer » si la grève mobilisait suffisamment les intéressés ? Elle décourage la citoyenneté : à quoi bon s’inscrire dans les règles communes s’il suffit de « bloquer » pour obtenir une dérogation à ces règles ? Elle déshonore ceux qui s’y prêtent et plus encore ceux – masqués souvent dans leur posture institutionnelle – qui les instrumentent.

J’ai dit.

Ce contenu a été publié dans Politique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.