Arcachon, Afrique, Toulinguet

Départ à 11:00 du Mimbeau après une nuit tranquille et les croissants.
Vent d’est 4 bft, parfait. On est parti pour une journée d’été encore.

En revenant des croissants… (clic pour voir d’autres photos de la journée)

Lauren et Léo, nous leur avons donné RV à Eyrac, puis déplacé à la Chapelle faute de vent.
Toujours pas de vent. Moteur. Afrique au début de l’estey. C’est la PM.
Baignade, passage du Cloud Strider, casse croûte. Sieste.
Sieste.
Vers 17:00, les bateaux commencent à quitter la zone, la marée baisse
Iboga vent arrière vers les passes. Au travers d’un champ de caouènes : main sur la drisse de dérive qui fonctionne plusieurs fois.
Toulinguet again. Atterrissage sous voile foireux, foireux 2. Affalage et moteur : voilà. Ancre à terre.
Il est plus que temps de redescendre en température !
Puis exploration pour les uns, sieste sur la plage pour un autre et convalescence en fond de cabine pour la 4e (insolation ? 1 piña colada de trop hier soir aux 44 ?)
Le boucan des jetskis !!! Je n’en peux plus.
Mais avec le montant, le ressac. Et le vent a tourné Est-NE 4 bft. Départ sous voile (foireux, pas de chance aujourd’hui; les habitudes reviennent comme des retours de manivelles : douloureusement). Retour sur un bord de près unique avec le jus. Entrée dans l’escoure du phare sous génois seul qui tracte le bateau jusqu’à (presque) le corps mort.

Continue reading

Arguin, Ferret, Afrique 12h sur l’eau

Lever avec le soleil. Courageux, Manou, Lauren et Léo, mais ça vaut la peine
Embarquement au descendant à 07:00
Croissants frais, pain et confiture avec thé et café, sur la descente, pas violente, le bateau divague en suivant le courant

Lauren et Leo au breakfast

Lauren et Leo au breakfast

À partir de Lavergne, le vent est là, nordet 3 à 4, sympa, le bateau file
Jusqu’à la bouée 5 (ou 7) verte dans les passes
Ancre le long d’Arguin côté passes
Une trentaine de bateaux ont passé la nuit dans la conche
Premier bain, puis rattrapage sommeil sur la plage. Il est 11:00 Continue reading

Sous le signe de l’Afrique

Iboga mouillé à Afrique 26 septembre 2015

Iboga mouillé à Afrique 26 septembre 2015

Ce samedi, près d’un mois depuis la dernière sortie de l’Iboga. La régate des startups dans laquelle j’ai skippé un Grand Surprise, à la Rochelle1, est déjà loin. Je piaffe.

Cédric a eu la bonne idée de provoquer une sortie.

Nous appareillons à 13:30. À bord : Cédric, donc, accompagné de Hadjé (première sortie à la voile ; lourde responsabilité !), Manou et moi. Et un panier pique-nique vite attaqué avec la bouteille de blanc « tant qu’il est frais ». Cédric connait les usages : il navigue habituellement sur le Djinn 7 familial mouillé devant la propriété à Piraillan.
Continue reading


  1. La #FrenchStartupCup, où nous étions engagé, avec mon associé James, pour Linguali, Benjamin et Marc, pour leur startup Transmitio, Betty, son mari Emmanuel, et François pour leurs entreprises respectives, mais surtout pour le plaisir 

La rentrée

J'te montre Premier jour de voile sur l’Iboga après plus de 10 jours sur le First 35.7 Nano en Espagne. Le bassin me manque. Confirmation du RV avec Delphine et Julie, mes équipières du mois de mai. Départ 14:30 après matinée glandouille sans vent, grosse session grattage de la flottaison (tandis que mes invitées découvraient les plaisirs du chemin des écoliers Bordeaux-Ferret en août). Avant de partir : baignade au Ferret et 1er apéro (une journée assez alcoolisée dans l’ensemble, hum…) Route vers Afrique, courant porteur, Delphine à la barre. Afrique, quelle foule… affalage des voiles et progression prudente jusqu’à la côte, de l’eau « au niveau des fesses ». Apéro ! Descente à terre pour une découverte de ce petit coin privilégié. Attention aux crabes Julie ;-) Retour à bord pour la casse croûte. Déjà 18:00, l’heure de reprendre le chemin du mouillage avec du vent ouest-NW comme d’habitude. Pas envie de finir… descente à terre pour profiter du coucher de soleil à l’océan suivi d’une découverte des blockhaus et du sentier des dunes bien mal pavé pour les pieds tendres de l’une de mes équipières… Retour à bord, bateau au sec, pour un dîner de chorizo frit et quelques pâtes dans le carré. Retour des amies sur bordeaux et dépliage du sac de couchage dans l’Iboga pour moi…

Peu de voile mais assez de vent et sommes toutes…

Blinder le hâle-bas - photo Liza Samedi 14 mai, une sortie solo et expresse : je voulais rejoindre de la famille à Claouey, en faisant le tour de l’ile par les tchanquées, mais après un run travers, dans les vagues, rendu devant Arcachon, j’ai trouvé le vent vraiment trop fort. Fort clapot levé par le vent contre courant. Parti avec 1 ris dans la GV ; 2d ris établi peu après. Le bateau est encore trop toilé. Il me faudrait un 3e ris. Je vais avoir du près à faire, tirer pas mal de bords dans les chenaux. Et si je me laisse dépasser par le bateau ? Alors j’ai fait demi tour et suis allé m’installer à l’abris du Ferret. Finir l’après midi à bouquiner au soleil dans le Mimbeau. Il y a pire…

Continue reading

Ferret – Afrique – Bancot – victoire en pinasse – Ferret

En fait, ce WE, je n’ai pas fait beaucoup de voile sur l’Iboga : jugez plutôt.

Vendredi, j’avais calé une opportune session de formation pour l’un de mes clients, au Ferret. parti tôt de Bordeaux pour éviter les encombrements du tour de France (digression #1 : va falloir qu’ils m’expliquent cette notion de tour de France qui est samedi à Pauillac et dimanche midi aux Champs-Élysées ; WTF?), très bref pique nique dans le cockpit avant d’enfiler des chaussures ; la formation très bien, et en fin de journée, je suis dispo pour un familly meeting (hors chronique).

Continue reading

Hommage à l’exceptionnel

Non, je ne me suis pas engagé aux 18 heures cette année. Pour la première fois depuis 20001. Mon bateau pas préparé (carénage, accastillage, etc.) et un coefficient de marée dans les 90, une perspective de passer de nombreuses heures à batailler contre le courant et à attendre la renverse à l’ancre, raisons qui ont eu raison de mon goût pour cette épreuve/partie de plaisir.

Enfilade de pinasses au corps mort devant Arcachon
Enfilade de pinasses devant la plage Joigny à Arcachon

A la place, j’ai embarqué sur le bac à voile Pdt-Pierre-Mallet pour la régate des bateaux traditionnels de la fête du port de Larros, suivi d’une fête de haute tenue, selon les critères pinassayres. Il y a quelques photos sur Flickr.

Bon, nous avons gagné la régate de bac. Acclamations lors de l’entrée sous voiles dans le port de Larros. Belle manoeuvre d’affalage dans un mouchoir.

Mais cet épisode dans la tradition ne m’a pas empêché de faire du Jouët. Au contraire.

En amont, pour rejoindre l’équipage au port d’Arcachon. RV à 13:00 samedi. Autant dire à la basse mer. Pas envie du tout de batailler 2 heures au moteur pour aller du Ferret au port, contre le courant. C’est pourquoi j’ai embarqué sur l’Iboga à 23:00 vendredi. Ainsi, j’étais d’attaque à 06:30 samedi pour la traversée avec la fin du montant. Et comme il y avait un vent d’ouest soutenu, l’Iboga a avalé les 3 miles en une demi-heure ! Sacrément en avance… Continue reading


  1. Voir les éditions 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2005, 2006 et 2007