Yana Koman, un Jouët 680 à Port-gentil

Yana Koman un Jouët 680 à Port-Gentil

Je résume : Yana Koman est le Jouët 680 de Loïs, port d’attache : Port-Gentil, au Gabon. Navigation à proximité, oui, mais exceptionnelles : parcours mi-rivières, mi océan, sur l’équateur, mouillages déserts en lisière de forêt vierge, plate formes pétrolières offshore, pirogues et… rencontre avec les baleines à bosse ! A proximité. Oui, mais bien plus qu’exotiques…

Son témoigage :

Cet email pour enregistrer mon Jouet-680, nom YANA KOMAN, n° série 47, acheté en juillet 2006 à Port-Gentil, au Gabon, où je suis en expatriation.

Au mouillage du Marina Club, au bout de l’île Mandji, immatriculation PG 914, il date de 1978.

Signe particulier: je me suis débarrassé cette année du safran d’origine en alu et de son système de relève avec bouts, très peu pratique pour passer les bancs de sable, omniprésents ici. j’ai opté pour un design perso un peu robuste made-in-Gabon mais dont je suis content pour mes sorties familiales du dimanche en rivière, dans la baie de POG ou en mer.

Fourreau en inox, safran en bois plein avec poignée, 5 trous dia 13mm, une goupille faite maison, et mon Jouet reste dirigeable safran relevé en hauts fonds.

Avec ses mails, quelques photos que j’ai pris la liberté de mettre en ligne (ci-dessus).

Coté anecdotes de navigation, je suis moins fourni que Réol, n’étant pas encore un navigateur expérimenté, Yana étant mon premier voilier, j’ai 27 ans.

Outre les sorties dans la baie, les régates avec le Club Nautique de Port-Gentil, notre seul fait d’armes est le tour de l’île Mandji sur 2 jours, trajet attaché. Le passage de la barre fut sportif et la nav’ jusqu’au Cap grand largue vent arrière un régal, ballet de baleines à bosses (elles mettent bas au large du Gabon au mois d’aout-sept). Même si au Gabon, vous n’êtes jamais trop loin d’une plateforme ou d’un jack-up de forage !

Alors, j’ai trois raisons d’apprécier le message de Loïs :

  1. il navigue avec l’unité n° 47, de 1978, qui est sortie du chantier juste après mon Iboga !
  2. c’est le 2e Jouët 680 du Gabon qui se manifeste. Le premier était Réol, de Libreville. J’avais d’ailleurs fait une note dessus. Ca fait toujours plaisir de recevoir des témoignages spontanés de 680tistes d’ailleurs ; ça donne du sens à la démarche…
  3. et puis, mes plus fidèles lecteurs le savent : j’ai un attachement particulier au Gabon ou j’ai traîné mes pataugas l’année de mes 20 ans, ce qui n’explique pas tout, mais en partie le nom de mon bateau (le n° 46, donc)

Une page intéressante pour en savoir plus sur Port-Gentil

  • Mat

    Joli témoignage, et j’imagine ta satisfaction à recevoir ce type de message.

    Intéressante la modification de safran, permettant de naviguer la « pelle » relevée, tirant d’eau réduit… çà ressemble maintenant à la première génération de safran de Sun 2000.

  • @Mat : tu en reçois bien plus souvent de Sun2000istes que moi de Jouët680istes, des témoignages spontanés… Je n’ai pas encore d’américain. Avis.

  • Loïs

    Superbe, belle page et ravi de contribuer à faire vivre ton blog et par là mm l’esprit Jouet.

    Encore félicitations pour ce blog grace auquel je peux suivre tes sorties du w-e. Bon vent à tous

  • Juan Pedro

    Salut Lois! Je suis un futur expat au Gabon ou je vais m´y rendre en septembre. Je suis aussi un passioné de la voile et envisage d´ammener mon voilier un Hunter 33 qui est actuellement a Saint Domingue, dans les Caraibes. Ma question est la suivante: existe-t-il une marina a Libreville pour y laisser un voilier? Merci et a bientôt.

  • Pingback: Les Chroniques de l’Iboga aux 40 ans du Jouët 680 – conférence – Chroniques de l'Iboga()