Le mobile, la vie quotidienne augmentée, certes mais pas pour tout le monde

Pour ce projet de médiation culturelle connectée, le client me demande de couvrir une très large spectre de publics — en gros, tout le monde : résidents, touristes, professionnels, enfants, étrangers, personnes handicapées… — tout en mettant en œuvre les dernières technologies numériques : réalité virtuelle et augmentée, géolocalisation par Galileo, reconnaissance d’images… Bref : 1. populaire, 2. sur les smartphones des visiteurs, et 3.innovant. La quadrature du cercle.

Ce qui m’a amené à faire le point sur la présence du smartphone dans la vie quotidienne du public, les opportunités offertes par les usages actuels, et les limites de ces équipements.

La synthèse c’est : deux français sur trois sont équipés de smartphones et le mobile est le 1er écran de connexion internet au quotidien ; il y a donc une place pour des expériences novatrices de médiation numérique sur le smartphones des visiteurs. Toutefois sans doute 60 à 80% des visiteurs, pour diverses raisons que je détaille ci-après, ne seront pas en mesure de profiter des applications mobiles. C’est pourquoi la scénographie devra propose une alternative « non connectée » pour que le parcours de visite présente de l’intérêt pour le plus grand nombre.

Deux français sur trois sont équipés de smartphones

Le digital est omniprésent dans la vie quotidienne des Français, principalement grâce au mobile qui les accompagne partout, tout le temps. Internet modifie par exemple la manière de se déplacer, de se divertir, de faire du sport ou même de se rencontrer. La forte diffusion des smartphones, dont disposent aujourd’hui deux français sur trois, s’accompagne d’un essor des pratiques digitales depuis le téléphone mobile.

Naviguer sur internet (55%) et télécharger des applications (48%)1 sont les usages mobiles plus cités et ils continuent de se répandre. Suivent la géolocalisation (42%) et le visionnage de vidéo (34%)2.

Navigation sur internet et accès aux contenus en ligne

En 20163, 41,7 millions d’internautes, soit 4 Français sur 5 (80,1 %) se rendent chaque mois sur au moins un réseau social; ils sont 26,5 millions à s’y connecter chaque jour. Cette généralisation joue un rôle prépondérant dans la circulation des contenus : de plus en plus d’internautes échangent des articles ou des vidéos avec leur entourage.

En 2016, le mobile est le 1er écran de connexion internet au quotidien, devant l’ordinateur : en semaine, quel que soit le moment de la journée, le mobile est toujours l’écran le plus consulté pour accéder aux contenus. Chaque jour, on compte 24,3 millions de mobinautes, contre 23,8 millions d’internautes ordinateur et 12,5 millions de tablonautes.

🐱 L’essor de la messagerie instantanée, ou Chat

L’échange de messages textes via WhatsApp, Messenger, iMessage ou Hangouts prend également de l’ampleur : 32% des individus les utilisent soit 7 points de plus en un an.

Les adolescents sont en pointe sur le chat (60% des 12-17 ans, en croissance de 19 points), principalement pour communiquer avec des groupes d’utilisateurs, alors que les adultes sont plutôt attirés par les économies pour communiquer à l’international. Ces applications sont en effet utilisées pour téléphoner par 23% de la population (+6 points en un an). Un autre attrait des messageries instantanées est l’échange de photos et vidéos.

Les limites du mobile

Ainsi, le taux d’équipement ainsi que les usages ne cessent d’augmenter, ce qui nous encourage à proposer des expériences novatrices de médiation numérique employant le smartphones connectés des visiteurs.

Toutefois, l’enthousiasme pour les opportunités offertes par cette diffusion large ne doit pas masquer le fait que, si l’on additionne :

  • le taux de non équipement (près de 4 personnes sur 10 donc)
  • les personnes certes équipées mais d’un smartphone obsolète (matériel ou OS de plus de 2-3 ans)
  • les personnes équipées, mais dont le smartphone est à court de batterie le jour de la visite
  • … ou dont la mémoire est saturée et ne peut pas accueillir de nouvelle application
  • les utilisateurs qui ont oublié le mot de passe du Store
  • … et ceux qui ne savent juste pas comment installer une application ni ouvrir une URL4
  • les personnes disposant d’un forfait data limité
  • les visiteurs étrangers dont le tarif de roaming data est dissuasif…

… on arrive à un taux d’usage potentiel moyen de 20 à 30% de la population !

Seulement.

Il reste par conséquent indispensable de proposer autant que possible une alternative « non connectée » pour que le parcours de visite conserve son intérêt.

Alors, quelles technologies mobiles privilégier pour toucher les plus grand monde ? À découvrir dans un prochain billet…


  1. « télécharger des applications » ? j’avoue, le concept est plutôt vague… 

  2. Observatoire de l’ARCEP 2016 

  3. Médiamétrie : L’Année Internet 2016 : Le Mobile, l’expérience enrichie 

  4. lire l’excellente analyse de l’institut Nielsen Norman The Distribution of Users’ Computer Skills: Worse Than You Think 

Ce contenu a été publié dans e-business, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.