Capacité d’attention et Contenus Culturels dans un contexte de visite

Quand le design de service en médiation culturelle, c’est aussi savoir dire « stop » aux responsables du Contenu, pour mieux réussir à capter les visiteurs.

Selon je ne sais plus quelle source (désolé), la capacité d’attention d’un visiteur de musée / centre d’interprétation s’élèverait (faut le dire vite !) à :

Durée recommandée des différentes catégories d’activité d’information dans un musée

Pourquoi c’est important de savoir ça ?

Dans un projet de médiation numérique (et pas numérique) à base de Connaissances et de Culture, l’une des parties prenantes souvent va être le ou la responsable scientifique slash culturel slash des Contenus (documentaliste, conservateurs, experts…) dont la Mission est de donner à voir (pas toucher, souvent), connaître, comprendre, apprendre, savoir… le MAXIMUM d’information. Il raisonne en termes d’objectif pédagogiques quantitatifs.
Cet interlocuteur-clé est une ressource précieuse pour constituer le corpus sur lequel portera la médiation. Souvent il va être super motivé pour contribuer au projet. Tant qu’il pense que vos objectifs de médiation rejoignent sa Mission (vous vous rappelez : sa Mission = MAXIMUM). C’est pourquoi, il est intéressant, lors de l’exercice de design de service, d’imaginer de combien de temps on dispose pour entrer en relation avec le visiteur, créer un intérêt de sa part vis à vis du contenu, établir une relation entre la scénographie/muséographie et ce visiteur, ce qui est de l’information, de l’interaction… C’est là qu’entre en scène la Déception : les Contenus ne rentrent pas dans la capacité d’attention (« attention span ») du visiteur.

Oui, car voilà : en fait, non, c’est pire que ça.

Ou bien ce dessin est daté des années 60 (ça ne marche pas : il n’y avait pas d’interactif numérique à cette époque, donc :), ou bien l’auteur tente tant bien que mal de rassurer son client… Car, selon mon expérience et diverse sources concordantes, dans un contexte de déambulation muséographique1) la réalité serait plutôt :

  • attirer l’attention (information) : 5 sec.
  • montrer (présentation) : 1 minute 30 sec, pour un contenu animé et sonorisé, moins si c’est muet et statique
  • expliquer (interprétation) : 3 minutes
  • impliquer (participation) : 5-8 minutes

D’ailleurs je ne suis pas le seul à être réaliste à propos de la capacité d’attention moyenne de nos congénères et de son évolution (si on peut dire encore !) récente :

La capacité d’attention moyenne est passée en dessous de la Référence : celle du poisson rouge

Deux sources :
On attention span, par @sammygee1993
Attention Span Statistics, avec de vraies sources scientifiques dedans

  1. la capacité d’attention peut être plus longue quand la personne concernée s’est engagée d’elle même dans une lecture — livre, page web — ou le visionnage d’une vidéo si elle est « bien faite » (ce qui implique en général un enchainement de séquences courtes, donc… []
Ce contenu a été publié dans e-business, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.