Hack Night Digital Art ou « La ville nous appartient »

Que faisaient au Node vendredi soir dernier ces 50 développeurs, ingénieurs, artistes, designers, cogniticiens, cinéastes, architectes, graphistes, gamers, scénaristes, UX designers et autres curieux ?

Quelle motivation faisait tenir une petite douzaine encore à 3h dans la nuit de samedi à dimanche ?

Comment après 24 heures, ces hologrammes, jeux vidéo d’un autre siècle actionné aux… exclamations, cette portée musicale humaine ou ce chemin de mots sont-ils sortis de l’imagination pour devenir prototype, preuve de concept, expérience, scénarios ?

C’est la magie du hackathon, lancé par Alex Vallette et Tim Buisson dans un billet sur Médium il y a un mois.
Revenus de Bristol, les yeux plein de « playable city » et l’envie d’un « jouable Bordeaux ». Réunis autour d’un Slack, puis d’un groupe Facebook, de Twitter, enfin, c’est clair, ce sont des geeks.

Et « Jouable Bordeaux » est devenu #Disruptivebdx ; ça sonne plus…

Twitter Disruptive Bordeaux

Twitter Disruptive Bordeaux

Et voilà la « Hacknight Digital Art » programmée pour les 16 et 17 octobre.

Il y a eu les tweets, Instagram et posts Facebook, de Philippe (@weickmann), Matthieu (‏@matpelissier), Tim (@timbsn), et sous le compte @DisruptiveBDX, collectés dans le Storify (en bas du billet) ; il y aura le billet super pro, compact et efficace, par Emelie (@MelieGood), qui a pris des photos, des sons, des témoignages, il y a la galerie de photos de l’ami Eric Bouloumié…

Edit du 22/10/2015 : il y a la version officielle et constructive d’Alex (@vallettea), avec des détails et liens sur les résultats et les suites de cette expérience.

Edit du 16/11/2015 : … et la contribution d’Armand, celui qui rit à gorge déployée sur la photo (en haut), et qui suait sur le mapping vidéo le samedi après-midi, « Pourquoi j’ai fait 2 hackathons en 3 semaines ? »

L'album photos d'Eric Bouloumié

L’album photos d’Eric Bouloumié

…et il y a ici mon point de vue personnel, gratuit et sans enjeu, à chaud.

Diaporama

[clic-clac] L’avant goût de mapping vidéo projeté sur le mur dès l’après midi par Tim

[clic-clac] La conversation avec Alex, à h-5 sur la préparation du déroulement. Alex en est à son 1er hackathon, et me prend pour un expert du format, peut être parce que j’ai fait le Launchpad Google Aquinum en février, et Museomix en 2011… s’il savait ;) Et après il part inaugurer le FabLab de Cap Sciences !

[clic-clac] La tireuse à bière qui gémit et qui chuinte sur le bar du Node tout après-midi : elle fait sa glace !

[clic-clac] La mise en place, déplacer les tables, dégager de la place, et surtout l’exposition « le buffet électronique », où Alex aligne et Laura (?) étiquette toute la collection de machins : capteurs de sons, de lumière, de CO2, de pression, de torsion, de… j’en oublie, connecteurs, cartes à proto, résistances, et autres composants, cartes Arduino, RaspeberryPi, fer à souder… le kit à tout faire.

(j’arrête les [clic-clac] de la visionneuse à diapo, vous avez saisi l’idée)

La mise en place du studio photo/vidéo avec ses éclairages, son fond vert, « au cas où on a besoin de faire des images ». Au cas où…

Les premières bières de la tireuse

L’apéro informel, tandis que les participants arrivent, les bonnes discussions avec William « Monsieur Pixels » et Olivier Czajka, la rencontre avec l’homme qui fait parler les abeilles au CAPC, les Museomixeurs, Aurélie et…, qui vont aller muséomixer à Guéret (dans la Creuse) faute d’avoir un musée bordelais complice…

Du monde pour 1er #disruptivebdx, #artistes et #codeurs bidouillent à la #hacknight #digitalart

A photo posted by disruptivebordeaux (@disruptivebordeaux) on

Et c’est la présentation des règles du jeu. Je ne sais pas pourquoi les vrais organisateurs tiennent à ce que je vienne moi aussi sous les feux de la rampe… Mais apparemment j’ai un rôle à jouer. Au mur, à part Alex : Tim, Armand, Romain, David, Nicolas et Serge

The team #disruptivebdx @timbssn @fxbodin @vallettea @davidbruant @arm_gilles @rcrestey @sergebredin #hackathon

A photo posted by disruptivebordeaux (@disruptivebordeaux) on

La première séquence, c’est l’émergence d’idées à poser sur le mur blanc. Feutres, post-it et on se lâche !
Et on mange en même temps. La tireuse ne chôme pas !

La fin de la 1e séquence, c’est : ceux qui veulent pichent leur idée, surtout dans le but de motiver les spécialistes dont on aura besoin pour les réaliser.

Ensuite, sous l’impulsion d’Alex, on crée 6 groupes, correspondant surtout à des briques techniques et on se donne RV dans 2h pour un premier rendu. Je suis supposé prendre en charge un pôle « Scénario, UX, game design », une ressource transversale aux projets. Je me donne comme mission d’introduire un peu une notion de

Pourquoi les gens, dans la ville, ils vont vouloir jouer avec ton dispositif ? Qu’est-ce qui va les motiver ? Comment on va faire pour que ce soit tellement simple qu’il n’y aura pas besoin d’explications, de médiation, et assez fun pour qu’ils aient envie de recommencer et de le faire faire à leurs amis ? Qu’est-ce qu’on veut qu’ils éprouvent en jouant ?

Encore des bières, mais là ça devient super studieux : attention, conception, déploiement d’environnements, branchements, codage…

Pendant ce temps, je m’investis avec le groupe « intelligence artificielle », qui va surtout être mobilisé à scénariser une expérience : écrire un message avec ses pieds (le nom va s’affiner…), sous le lead inspiré de Manyyy. Tandis que Henri regarde les idées fuser, les yeux ronds (tu pensais à quoi Henri pendant ce temps ?)

Deux heures plus tard, les premières démos. On voit bien qu’il y a quelque chose qui prend.

Retour aux ateliers. Il est peut être 23h. Les équipes se dépeuplent un peu, mais le noyau dur est dans le flow1 et ne voit plus le temps passer. Enfin, dans le flow… j’entends parler de blocages du côté de la reconnaissance de formes ? Les proto de cabine d’hologramme se succèdent rapidement, on remise le projecteur vidéo (celui-là il faudra le remonter au plafond du Node !) et on installe une TV, le verre est trop épais, essayons le plexi… l’encodage des effets vidéo en temps réel met un peu la machine à genoux, tant pis pour les effets… mais sous la souris du virtuose de Sketchup, le projet de cabine façon photomaton, prend formes et couleurs. Avec des roues et un timon pour vélo, une trappe d’accès et une déco façon soleil levant japonais. Fascinant.
Armand, s’entraine à mapper en vidéo une table, une poubelle et un « X » de TEDxBordeaux (mapper : en gros, tracer des lignes autours de la forme de l’objet pour que la projection vidéo épouse la forme)

Je ne me rappelle pas de tout, honnêtement. Pas grave.

Il est passé 3h du mat. Plus assez de jus là. Pause pour tout le monde. On ferme le Node et RV samedi 13:00 pour la suite.

Nuit.

Pour ma part, à 13:00 je suis encore aux Capus. Je débarque au Node vers 15:00.
Les équipes sont au travail.

Il y a plein de sciure autours de l’atelier d’hologrammes. Si, si : pour construire un prototype de boîte d’affichage de l’hologramme. Des petits groupes discutent fébrilement de recherche de solutions à leurs problèmes de code. Many crée un univers sous photoshop…

C’est que maintenant il y a l’échéance de 18:00, l’heure annoncée pour la restitution publique des protos.
Armand, résolu à mapper l’image d’un rubick’s cube pour y projeter des bouts de vidéo

Emélie fait le tour des équipes pour recueillir des explications, des sons. Elle prend des photos…

Les CM sont revenus et poursuivent leur récit numérique sur Instagram, Facebook, Twitter…

L’heure des démos !

Un peu de public est revenu voir les résultats.
Les participants sont fatigués mais heureux. Alex est content : 4 projets, dont 3 proto jouables. Une bonne base pour avancer.

Le temps des démos - photo Eric Bouloumié

Le temps des démos – photo Eric Bouloumié

Avancer ? D’abord, entretenir une communauté de makers passionnés de geekeries, d’électronique, d’Arduino et de capteurs, de cartes 3G et de postes à souder, de fixies et de dataviz… Ensuite, pourquoi pas un destin pour 1, 2, 3 ou 4 de ces protos ? Qui sait, la semaine digitale en avril 2016… juste le temps de mener ces projets à l’échelle…

À suivre !

Je zappe « remettre le Node en configuration de coworking » suivi de « mettre le Node en configuration pizzas – rugby », accueillant de passage l’équipe organisatrice de Sud-Web… Il s’en passe de ces choses super au Node le WE !

Pour ma part, je suis très heureux d’avoir eu la possibilité de participer à cette expérience. Il y a longtemps que je pense que la mouvance Aquinum a besoin de sang « tech & make » pour enrichir son patrimoine génétique plutôt « web ». C’est en train de se faire naturellement. Enfin… presque ;)



  1. le Flow : l’état mental atteint par une personne lorsqu’elle est complètement immergée dans ce qu’elle fait, dans un état maximal de concentration. Cette personne éprouve alors un sentiment d’engagement total et de réussite. Ce concept, élaboré par le psychologue Mihaly Csikszentmihalyi… source : Wikipedia évidement 

Ce contenu a été publié dans e-business, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.