A quand le Menu National Obligatoire pour la soupe populaire ?

Réagissant à un article de Libération, Pégase blogue cette histoire de la soupe populaire à la viande de porc. Ah, enfin une occasion de lâcher mon opinion sur cette lamentable épreuve de force sans être obligé de faire toute l’histoire.

Voyez-vous, ayant entendu hier la « nouvelle » d’une oreille distraite, je croyais que l’assaillant était l’une de ces associations bien pensantes qui se mêle de défendre des valeurs au lieu de s’occuper des gens… Même pas : c’est le Ministère de l’Intérieur !

Je me demande (formule de style) qui, du plaignant (Ministère) ou du défendeur (bande de tarés racistes), tirera les marrons du feu de cette publicité inespérée (pour les susnommés tarés). Car, n’est-il pas évident qu’aucune cour de justice n’interdira à une association de bienfaisance (y compris constituée de tarés racistes) de choisir ce qu’elle met dans la soupe.

Et pourquoi pas édicter un Menu National Obligatoire élaboré par une Commission où siègeraient aux côtés des plus Grands Nutritionnistes Officiels, les différents représentants des cultes autorisés, mais aussi le Ministère du développement durable et la branche agro-alimentaire ?

Ah ? C’est à l’étude ? On est bien barré.

Edition du jour : le conseil d’état a rendu son arrêt d’interdiction de cette recette au motif qu’elle serait discriminante. Ainsi, con-trairement à ce que j’espérais, la raison ne l’a pas emporté puisque l’autorité judiciaire administrative suprême fait justice à la bigoterie toujours au pouvoir en France. Et merde !

Ce contenu a été publié dans Politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.